Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Tchad : le triste sort des enfants bouviers

Au sud du Tchad, depuis les années 1990, perdure une triste tradition, celle des « enfants bouviers ». Il s’agit de jeunes enfants de paysans pauvres donnés à des éleveurs transhumants pour leur servir de bouviers.

Cette pratique est interprétée par les médias locaux, des ONG et l’UNICEF comme une forme contemporaine d’esclavage, pratiquée par des musulmans du Nord au détriment des chrétiens du Sud. Le phénomène « enfants-bouviers » intervient dans le contexte d’un antagonisme nord-sud exacerbé par des violences récurrentes entre « communautés ».

Les causes de ce phénomène sont multiples mais les principales sont la misère endémique dans laquelle vivent les ruraux. Le pouvoir d’achat des familles a considérablement baissé depuis que la filière coton est en perte de vitesse. Cette misère est également due à l’appauvrissement des sols, aux perturbations climatiques et à l’arrivée massive des éleveurs. Ces éleveurs s’implantent anarchiquement et se sédentarisent sans requérir l’autorisation des autorités traditionnelles locales. Par conséquent les familles n’arrivent plus à cultiver la terre. Une partie des enfants sont recrutés par les éleveurs, et les filles quittent les villages pour devenir des domestiques en ville.

Une fois vendu par ses parents, l’éleveur emmène l’enfant là où il fait sa transhumance. Lorsqu’un enfant dont la croissance n’est complète est exposé à de pareilles sévisses les conséquences physique et psychologiques sont inévitables. Le quotidien des enfants bouvier est fait de tortures, de privations de nourriture, des violences verbales psychologiques. Par exemple certains maîtres interdisent aux enfants bouviers de ne parler aux gens de leur ethnie ou de parler leur langue maternelle. Il y en a qui se sont vu attribuer un autre nom après une islamisation forcée.

L’État est le premier responsable. Le gouvernement doit prendre les mesures qui s’imposent pour faire cesser immédiatement cette pratique d’un autre âge. L’enfant à sa place dans sa famille et à l’école. Il ne mérite pas de parcourir la brousse où il court tous les risques. Les parents et les éleveurs sont aussi responsables. Personne n’a le droit de faire ce qu’il veut de ses enfants.

JCC

(Source : UNICEF – photo : Stevie Mann/ILRI)

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog