Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #monde

attentat_boston.jpgAu lendemain des deux explosions d’hier au marathon de Boston, le bilan est d'au moins 140 blessés et trois morts. Parmi ces derniers, on compte un enfant de 8 ans et une jeune femme de 20 ans.


Ce jeune enfant, originaire de Dorchester, dans le Massachusetts était venu encourager son père qui participait à la course. Il a été tué alors qu'il l’attendait près de la ligne d'arrivée.


On apprend également que 10 enfants au moins ont été hospitalisés suite à cet attentat.


JCC


(Source : Daily Mail)

petite bonneLes droits des mineures et plus largement des femmes sont en passe de connaître une avancée au Maroc avec l'abrogation attendue d'une loi décriée qui permet au violeur d'une mineure d'échapper à la prison en épousant sa victime, mais le chemin vers l’égalité reste long.


Il y a quelques mois, le pays avait été choqué par le suicide d'Amina Filali, 16 ans, contrainte d'épouser son violeur, celui-ci échappant de la sorte à la prison en vertu de l'article 475 du code pénal.


Lundi, le gouvernement islamiste a exprimé son soutien à la proposition de loi prévoyant l'abrogation de cet article. Dans son communiqué, le ministère de la Justice s'est même dit prêt à aller plus loin, en durcissant les peines encourues (jusqu'à 30 ans d'emprisonnement, contre cinq actuellement).


Dès 2004, le Maroc s'est doté, sur initiative du roi Mohammed VI, d'un nouveau code de la famille (moudawana), qui encadre notamment drastiquement la polygamie.


Six millions de Marocaines sont victimes de violences physiques ou verbales, dont plus de la moitié dans le cadre conjugal, selon la ministre de tutelle, Bassima Hakkaoui, l'unique femme du gouvernement dominé par le parti islamiste Justice et développement (PJD).


Par ailleurs, selon des associations, le royaume marocain compte encore jusqu'à 80.000 mineures employées comme domestiques.


JCC


(Source : CRIN)

kim-jung-un.jpgVoilà une information qui prêterait à sourire si la situation des habitants de ce pays n’était pas aussi dramatique. Je découvre en effet, ce matin qu’il existe une tradition particulière en Corée du nord et qui existe depuis 1980.


Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a offert hier un kilogramme de bonbons à chaque enfant du pays à l'occasion de son anniversaire selon la tradition fondée par son grand-père Kim Il-sung.


Tous les enfants de moins de 10 ans ont reçu des cadeaux envoyés par avion. D'après l'Institut de recherches économiques de Séoul (Corée-du-Sud), cette manifestation est appelée à « renforcer le culte de la personnalité » du jeune chef d'Etat nord-coréen.

Kim Jong-un est né le 8 janvier 1982 (ou 1983 ou 1984, selon différentes sources). Il est devenu chef de l'Etat nord-coréen après le décès de son père, Kim Jong-il, le 17 décembre 2011. Ce dernier avait succédé à son père, Kim Il-sung, le premier dirigeant nord-coréen, au pouvoir entre 1948 et 1994.


Ce cadeau a pour objectif de faire plaisir aux enfants et à leurs parents pour « consolider leur confiance et leur respect envers le pouvoir ». Un bon moyen de raviver la flamme entre le pouvoir et son peuple mais mauvais pour la santé des enfants.


La Corée-du-Nord est sous l’emprise de l’une des plus dures dictatures encore en activité dans le monde où les habitants vivent dans une situation d’extrême pauvreté.


JCC


(Source : MeltyFood)

enfants_prison_bolivie.jpgEn Bolivie, plus de 1 600 enfants n'ont d'autre solution que d'accompagner leurs parents enfermés dans des prisons pour adultes surpeuplées et vétustes, où ils côtoient voleurs, meurtriers et trafiquants de drogue.

 

Les enfants sont en prison parce qu'ils n'ont personne pour s'occuper d'eux. Certains sont orphelins et dans la plupart des cas les mères sont aussi en prison.


L’exemple de la prison de San Pedro est parlant. Véritable village clos au centre de La Paz où s'entassent près de 1 600 détenus (pour 400 places), quelque 160 enfants vivent au milieu des prisonniers.

Les prisonniers, condamnés pour la plupart pour trafic de drogue, tente de mener tant bien que mal leur rôle de parent, rendu très ardu par un environnement violent où consommation d'alcool et de drogue rythment le quotidien.

Les enfants vivent en effet soumis à une pression psychologique constante et à un climat d'agressivité. Vivre dans un tel lieu est donc un véritable traumatisme Par ailleurs, les enfants assimilent des codes relationnels violents dans ces établissements régis par la loi du plus fort où tout s'achète et se vend.

Cette situation a conduit certains parents à interdire à leur progéniture de quitter leur cellule, les contraignant ainsi à un double enfermement.

L'après-midi, les enfants âgés de plus de six ans ont tout de même le droit de sortir pour gagner les bancs de l'école publique voisine.


En Bolivie, la loi autorise la présence d'enfants dans les établissements pénitentiaires jusqu'à l'âge de six ans, mais il n'est pas rare d'y croiser des enfants plus vieux, voire des adolescents jusqu'à 18 ans.

JCC


(Source : Nord Litoral)

malala.jpgUne jeune pakistanaise de 14 ans a été victime d'une tentative d'assassinat par les rebelles islamistes à la sortie de son école. Malala Yousufzai s'était fait connaître au niveau international en 2009, à l'âge de 11 ans, en dénonçant sur un blog les violences commises par les talibans, qui incendiaient les écoles pour filles et assassinaient leurs opposants. Elle avait reçu l'an dernier le premier prix national pour la paix créé par le gouvernement pakistanais et avait fait partie des nominés au prix international des enfants pour la paix de la fondation néerlandaise Kids Rights.


Blessée au crâne et à l'épaule, Malala a survécu miraculeusement mais son état a été déclaré critique par les médecins de l'hôpital de Peshawar.


Les combattants du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) ont revendiqué et justifié cette tentative d’assassinat par « son rôle de pionnière dans la défense de la laïcité et de la soi-disant modération des Lumières ». Faut-il faire d’autres commentaires ?


En tout cas, cet acte d’une sauvagerie et d'une lâcheté absolue a été condamné avec fermeté par les organisations de défense des droits de l'Homme et de l’enfant à travers le monde.


JCC


(photo de Malala : Hazart Ali Bacha)

trois_parents.jpgMark Leno, un Sénateur de Californie vient de proposer un texte de loi visant à reconnaître la multiplicité des familles. Ce texte permettrait de donner à un enfant de trois à quatre parents ayant exactement les mêmes droits et devoirs. Ce changement concerne les enfants de couples homosexuels, mais aussi les familles hétérosexuelles recomposées. Grâce à cette législation, les beaux-parents pourraient même  être reconnus comme des parents à part entière. Ces « nouveaux parents » pourront ainsi avoir la garde de l'enfant si ses parents biologiques viennent à décéder, lui permettre de bénéficier de son assurance-maladie ou donner à l'enfant sa part d'héritage. Dans la vie de tous les jours, ils pourront emmener l'enfant chez le médecin ou participer aux décisions scolaires sans tracas.


Les élus républicains de Californie n'ont pas caché leur opposition à une telle législation, arguant qu'elle ouvrait la porte « à des familles de six, huit ou même douze parents ». Les associations familiales conservatrices sont également hostiles, car « cela représente une attaque sur la nature fondamentale de la parentalité : chaque enfant a deux parents, un père et une mère ».


Certains avocats craignent également les problèmes que créerait une parentalité multiple en cas de séparation. « Nous savons que la moitié des couples se séparent et se disputent souvent pour la garde des enfants. Si un divorce est compliqué pour un enfant qui a deux parents, imaginez s'il en a trois ou quatre... ».


En tout cas, la proposition de loi de Mark Leno a été adoptée par le Sénat de Californie. Elle devrait être présentée devant l'Assemblée d'ici à quelques semaines.


JCC


(Source: NYT – photo : « trois hommes et un couffin »)

enfants-coree.jpgLe régime nord-coréen, se prépare à célébrer en grande pompe, le centième anniversaire de la naissance de son fondateur Kim Il-Sung. L’occasion pour des ONG comme Amnesty International d’attirer l’attention sur l’oppression qui sévit dans ce pays et dont les camps de détention pour prisonniers politiques sont l’expression la plus inhumaine.


Selon Amnesty, environ 200 000 hommes, femmes et enfants vivent enfermés dans au moins six camps, dans des conditions inimaginables, souvent sans jugement ou à la suite de procès iniques. Dans ce pays, les droits humains sont ignorés.


Près d'un million de Nord-Coréens sont morts de faim depuis les années 90, tandis que des millions d'autres souffrent des effets sur leur santé de la crise alimentaire persistante. Des centaines de milliers d’enfants sont dénutris et beaucoup d’entre eux meurent avant l’âge de cinq ans.


Le 15 avril prochain, à l’occasion de cet anniversaire dont le nom officiel est « jour de soleil », Kim Jong-un, le nouveau dirigeant nord-coréen, devrait faire marche arrière sur le terrain de la répression caractérisant la Corée du Nord depuis des décennies. Il faudrait également qu’il accorde une priorité à de véritables mesures visant à assurer que l'ensemble de la population bénéficie de denrées alimentaires et de soins de santé de base.


Malheureusement ce n’est pas l’option qu’il a prise et ce régime de terreur risque de fêter encore beaucoup d’anniversaires.


JCC


(source : Amnesty International)

enfant-benin.jpgLa représentation de l’UNICEF au Bénin déplore, dans un communiqué, les atteintes aux droits des enfants, en dépit des engagements du pays à les protéger. Dans ce pays qui a aussi mis en place diverses stratégies pour contrer le travail des mineurs, 664.537 enfants de 5 à 17 ans travaillent, parmi lesquels 67.437 sont victimes de la traite.

Cette situation affecte leurs droits à l’éducation, à la santé et au développement, selon l’étude nationale de l’Institut national de statistique et d’analyse économique (INSAE).

Le phénomène des enfants de la rue est également très présent dans les villes du Bénin même si l’on n’en connaît pas le nombre exact. La négligence et l’abandon des enfants dus à l’éclatement progressif des cellules familiales porteuses de protection de l’enfant expliquerait le phénomène, selon l'UNICEF.

L'agence onusienne déplore également des pratiques culturelles néfastes qui portent atteinte a vie et le développement de l’enfant, notamment l’infanticide rituel, les accusations des enfants comme sorciers, les Mutilations génitales féminines, les mariages forcés et précoces, les mauvaises conditions d’initiation des enfants au culte Vodoun (culte traditionnel béninois vaudou).

Il est bon de rappeler que le Bénin, a ratifié plusieurs conventions internationales de lutte contre toutes formes de violences à l’égard des enfants. Il s'agit notamment de la Convention relative aux droits de l’enfant, ratifiée le 3 août 1990 et la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, ainsi que les conventions 138 et 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

L’inadéquation des ressources allouées au secteur de la protection en rapport avec l’ampleur des problèmes qui se posent; le niveau de pauvreté de la population qui rend les familles plus vulnérables, exposant ainsi les enfants à l’exploitation; les normes culturelles très ancrées; les difficultés d’application des textes de lois pouvant protéger l’enfant, sont, entre autres, les entraves à la réussite des stratégies mises en place pour une protection efficace des droits des enfants.

La multiplicité de structures de coordination relatives à la protection de l’enfant et le manque de centres étatiques de transit pour la prise en charge temporaire des enfants vulnérables ayant besoin de mesures spéciales de protection, constituent également des obstacles.


JCC

(Source : UNICEF Bénin – photo : Ghyslaine Peigné)

famine_coree.jpgC’est en tout cas le vœu de nombreuses organisations internationales, au premier rang desquelles figurent « Amnesty International » et « Human Rights Watch ».

 

En effet, l'inhumanité du régime dépasse l'entendement dans un pays où tenter de franchir la frontière sans autorisation peut faire de vous un traître et vous faire condamner à l'emprisonnement et à la torture. Selon Human Rights Watch, des dizaines de milliers de Nord-Coréens sont morts en tant « qu'ennemis d'Etat ».

 

200.000 y sont encore emprisonnés, condamnés à y travailler et à y mourir en esclavage. La seule dynastie communiste au monde est responsable de la mort de centaines de milliers, peut-être de millions de Nord-Coréens, lors des famines, dans les prisons épouvantables, les camps de travaux forcés ou lors d'exécutions publiques.


La situation économique et sociale du pays est de plus catastrophique. Depuis les famines des années 1990, qui ont fait environ un million de morts, 40% de la population reste dans un état de malnutrition très important. Le pays dépend de l'aide alimentaire mondiale. En juillet 2011, l'Union européenne a ainsi alloué une aide alimentaire d'urgence d'un montant de 10 millions d'euros à la Corée du Nord.

 

Bien entendu, ce sont les enfants qui sont les premières victimes de cette situation. Je me souviens notamment de ces images volées montrant des enfants faméliques fouillant dans les poubelles sur un marché.


J’ai malheureusement bien peur que ceux qui pensaient que la mort du dictateur pourrait constituer une bonne occasion pour restaurer les droits humains soient très déçus, car la première chose qu’a faite son fils, Kim Jong Un, désigné comme successeur de son père, c’est de tester ce matin un missile de croisière à longue portée… Le message envoyé au monde ne peut pas être plus clair.


JCC

chine_fillette_ecrasee.jpgUne vidéo de surveillance dévoile les circonstances atroces d’un accident dont a été victime le mois dernier une gamine de deux ans dans un marché de Foshan (sud de la Chine). Ecrasée par un minibus, une petite fille gît au milieu d’une étroite allée au milieu d’un marché. En 9 minutes, 17 personnes vont passer à côté de la gamine sans qu’aucune n’intervienne. Pire, une seconde camionnette va rouler à nouveau sur la petite fille. Elle sera finalement tirée au bord de l’allée par une mendiante qui ramassait des déchets et qui réussira à alerter les autorités.

 

Comment une telle chose peut arriver ? Comment peut-on laisser agoniser une petite fille sans lui porter secours ? Ne faut-il pas voir dans cet épouvantable drame une société en déliquescence avec une telle ignorance des valeurs d'entraide et de solidarité ?

 

C’est en tout cas la question qui se pose. Par exemple, en 2006, un jeune homme était venu en aide à une personne âgée tombée en descendant d’un bus. Pour toute récompense, il s’était retrouvé accusé par ce même vieillard d’avoir provoqué sa chute. Il avait du payer les frais médicaux. La leçon a été retenue par tous : « Surtout, ne te mêle pas des affaires d’autrui». Cette histoire est connue en Chine comme le « jugement de Nankin ».

 

Il est également nécessaire de rappeler que dans ce pays, il n’existe pas de délit de « non-assistance à personne en danger ». Il n’existe pas non plus de système d’assurance couvrant la responsabilité civile des individus. Chacun craint donc de se retrouver injustement accusé dans une affaire qui peut entraîner la ruine de toute sa famille. Ainsi, le chauffeur du minibus aurait déclaré que si la petite fille mourait, il en serait quitte pour verser une indemnité et que si elle survivait, il devrait payer ses soins jusqu’à la fin de ses jours !

 

Terrifiant cynisme lié à une législation inepte et un système qui fait si peu de cas des droits vitaux de ses citoyens.

 

En état de mort cérébrale depuis plusieurs jours, la fillette est finalement décédée en fin de semaine dernière.

 

JCC

 

PS : je n’ai pas souhaité mettre en ligne cette vidéo sur ce blog tant elle est épouvantable.

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog