Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #lutte contre la pedophilie

France : l’affaire « Barbarin »   classée sans suite, un mauvais signal pour les victimes

Malgré les plaintes déposées à l’encontre de plusieurs membres de l’Eglise catholique, dont le cardinal Barbarin, le procureur de la République de Lyon a indiqué lundi que l’enquête pour « non-dénonciation » d’agressions sexuelles sur mineurs, commises par le père Preynat dans le diocèse de Lyon entre 1970 et 1991 (voir article précédent), était classée « sans suite ». Selon le procureur de la République, les infractions « n'étaient pas constituées ».

Pourtant, le parquet de Lyon a tout de même confirmé que le diocèse avait eu connaissance des agissements du père Preynat entre 2005 et 2010, une période couverte par la prescription qui est de trois ans en matière de non-dénonciation.

Pour l’association « la Parole libérée », c’est un « mauvais signal » pour les victimes car cela pourrait inciter les autorités catholiques à jouer la montre sur le mode « ne dites rien, attendez le délai de prescription ». Cette dernière a indiqué sur son site internet qu’elle envisage de déposer à l’automne une plainte en saisissant un juge d’instruction directement avec constitution de partie civile.

JCC

(Sources : France Inter, association « la Parole libérée »)

Monde : les « emojis » au service de la lutte contre la pédophilie sur Internet

« Emoji » est le terme japonais pour désigner les « émoticônes » (ou smiley) utilisées dans les messages électroniques et les pages web japonaises, qui se répandent maintenant dans le monde entier. Aujourd’hui, les « emojis » font partie intégrante de notre quotidien. En plus d’être divertissants, ces petits pictogrammes sont de plus en plus utilisés dans les campagnes de communication des marques et organismes de sensibilisation, du fait de leur caractère universel.

Les « emojis » sont devenus la nouvelle addiction liée aux smartphones. La preuve : ces derniers vont très bientôt être les stars d'un film d'animation, prévu au cinéma pour les années à venir.

À l’instar de la marque « Durex » qui souhaite lancer un « emoji préservatif » pour sensibiliser les jeunes aux maladies sexuellement transmissible (MST), ou encore d’une association argentine qui utilise les « emojis » pour sensibiliser au cancer du sein, une association indienne a imaginé une campagne pour dénoncer la pédophilie sur Internet.

L’association « Cyber Crime Awareness Society », spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité, a créé des « emojis » qui incarnent le côté obscur du web. On y découvre un soutien-gorge à la place de lunettes, une culotte à la place de la langue, ou encore des seins à la place des yeux.

Ainsi, l’association s’adresse directement aux jeunes pour les sensibiliser aux dangers d’Internet.

JCC

(Source : Influenth)

Monde : le tourisme pédophile en plein essor

L’affaire qui occupe actuellement la cour d’assisses de Versailles (Yvelines) vient nous rappeler que le tourisme pédophile reste une réalité. En effet, un homme de 52 ans est jugé pour le viol de 66 mineurs au Sri Lanka, en Tunisie et en Egypte.

Chaque année, 842 millions de touristes se rendent à l'étranger. Parmi eux, 10 % choisissent leur destination de voyage selon l’offre « sexuelle ». Et les enfants sont de plus en plus victimes de ces « touristes » partout dans le monde. Il n'existe pas de profil type. Ce sont des voyageurs d'affaires, des migrants, des travailleurs temporaires, des expatriés ou des bénévoles de la société civile.

Aucune région n'est épargnée et aucun pays n'est à l'abri. L’Asie du Sud-Est, autrefois connue pour être un refuge pour pédophiles occidentaux, est parvenue à enrayer ce mouvement en resserrant la coopération entre les pays d'origine des criminels et les destinations. Cependant, aujourd'hui, les enfants sont la cible des voyageurs locaux ou de la région - tels que les touristes japonais, chinois et sud-coréens - qui représentent la majeure partie des visiteurs maintenant.

Et l'Europe, autrefois zone d'origine des pédophiles, est en train de devenir une destination de ce tourisme sexuel, notamment certains pays d'Europe centrale et orientale, où les lois de protection des enfants font défaut.

En Amérique latine, la prévalence des abus sexuels sur les enfants est très élevée, en particulier dans les zones touristiques à proximité des communautés pauvres et exclues. La région a connu depuis les années 1980 une explosion par quatre du nombre de touristes, dont les trois quarts proviennent des Etats-Unis et du Canada.

Certaines zones très pauvres et autrefois inaccessibles en Asie ou en Amérique du Sud font aujourd'hui partie des pays ciblés par les pédophiles. Les chercheurs évoquent par exemple le Laos, la Moldavie, le Pérou et certaines îles du Pacifique.

Enfin, le Moyen-Orient et l'Afrique n'échappent pas au phénomène.

Les Etats ont donc une obligation morale d'agir maintenant pour protéger tous les enfants partout dans le monde. Ainsi, l'association ECPAT (End Child Prostitution, Pornography and Trafficking) propose de construire un système efficace pour que les polices partagent leurs informations et travaillent avec les fournisseurs d'accès internet pour remédier à la mise à disposition d'enfants à des fins sexuelles via internet.

JCC

(Source : ECPAT)

Vatican : le Pape François accentue la pression sur les évêques qui auraient couvert des actes de pédophilie

Alors que le Cardinal Barbarin, visé par deux plaintes pour avoir fermé les yeux sur des actes de pédophilie dans son diocèse de Lyon, vient d’être entendu par la Police, le Pape François veut accentuer la pression sur les évêques. Le souverain pontife a en effet signé un « motu proprio » (acte législatif pontifical) qui rend possible la révocation d’évêques pour « négligence », notamment dans des cas de pédophilie dans l’Église.

Le fait de pouvoir révoquer un évêque n’est pas nouveau car le droit canon prévoyait déjà en effet cette éventualité pour « causes très graves ». Mais ce qui change, c’est le motif. En effet, le Pape introduit la notion de « négligence ». En fait, il ne s’agit pas uniquement d’avoir couvert ou dissimulé des crimes pédophiles, mais aussi d’avoir manqué d’attention, de diligence ou d’avoir mal géré une telle affaire.

Par ailleurs, le pape François a créé au Vatican une instance judiciaire pour juger les prêtres pédophiles, mis en place une commission internationale d'experts chargée de proposer des mesures de prévention et rencontré des victimes à Rome et à Philadelphie. Depuis le début des années 2000, le Vatican a pris de nombreuses mesures pour lutter contre les crimes pédophiles en son sein, notamment à l’initiative de Benoit XVI.

Mais à travers le monde, où de nombreux cas d'ecclésiastes pédophiles ont fait scandale ces dernières années, l'amertume et la déception prédominent parmi les victimes, estimant que l'Église a encore beaucoup à faire pour écarter et punir les coupables.

JCC

(Source : France 24)

France : l’Eglise catholique se mobilise enfin contre la pédophilie

Suite à la mobilisation des victimes des prêtres pédophiles et du retentissement médiatique qui en a découlé (voir article précédent), l’Église catholique a annoncé hier une série de mesures visant à lutter contre la pédophilie.

Dans un premier temps, l’Eglise s’engage à faire toute la lumière sur les faits de pédophilie, même anciens. Elle devrait prendre également des mesures conservatoires l’égard des prêtres soupçonnés de « déviances ».

D’autres mesures ont été annoncées :

- Mise en place de « cellules » d’accueil et d’écoute au niveau des diocèses.

- Création d’un site Internet, notamment à l’accueil des victimes. Il devrait permettre aux victimes de rentrer en contact avec la cellule locale.

- Dès hier et dans l’attente de la mise en place du site Internet, une adresse mail a été ouverte : paroledevictimes@cef.fr

- Une Commission d’expertise indépendante nationale est créée. Elle aura « pour mission de conseiller les évêques dans l’évaluation des situations de prêtres ayant commis des actes répréhensibles ».

- Enfin, la « cellule de veille » de l’épiscopat sur la pédophilie devient « cellule permanente de lutte contre la pédophilie » (CPLP) pour poursuivre et intensifier le travail mené par l’Église depuis quinze ans.

Après la mise au jour des agressions sexuelles perpétrées par le Père Bernard P. sur de jeunes scouts dont il avait la charge entre 1971 et 1991, à Sainte-Foy-lès-Lyon, après les questions soulevées par la façon dont le diocèse de Lyon a géré son cas depuis lors, l’épiscopat aura pris beaucoup de temps pour comprendre qu’il ne pouvait se contenter de mettre en avant une seule prise de conscience du problème de la pédophilie en son sein.

JCC

France : après l’Eglise Catholique, l’Education Nationale prend des dispositions pour lutter contre la pédophilie à l’école

Alors que la pression s'accentue sur le Cardinal Barbarin avec la révélation d’une troisième affaire (voir article précédent), la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem , a déclaré qu'il y avait eu 27 radiations en 2015 de membres de son administration pour des affaires de pédophilie ou de pédopornographie.

Ces radiations concernent 12 enseignants en primaire et 15 dans le secondaire sur les 850 000 personnels de l’Education nationale. 19 avaient été radiés en 2014, 26 en 2013 et 15 en 2012.

Pour rappel, l'Éducation nationale a été secouée en 2015 par l'affaire de Villefontaine (banlieue de Lyon), où le directeur d'une école maternelle avait été mis en examen pour des viols sur ses très jeunes élèves. Il avait été radié quelques jours après sa mise en examen et attendait la fin de l'enquête.

Il n’y a donc pas eu d’augmentation significative du nombre de radiation en 2015 à la suite de cette affiare. Mais, depuis, deux autres affaires ont été rendues publiques, dont récemment celle de Villemoisson (Essonne), plaçant l’Education nationale en plus mauvaise posture encore. Cette fois, l’administration était parfaitement au courant de la condamnation et le professeur, passé en commission disciplinaire, avait pu continuer d’enseigner. Une enquête administrative est en cours, les résultats devraient être connus à la fin du mois.

Ce faisant, la Ministre a annoncé que l’ensemble des dossiers des personnels de l’Education Nationale, en contact avec les enfants, seront « passés au peigne fin » pour détecter les agents condamnés sans avoir fait l’objet de signalement.

Par ailleurs, un projet de loi qui introduit une obligation de signalement et qui a été retoqué l’an dernier pour des questions de procédure, est en cours d'adoption.

Comme toujours, il aura fallu attendre que l’Education Nationale soit mise en cause dans des affaires pour que les dispositions soient prises pour lutter contre la pédophilie à l’école.

JCC

France : pédophilie au sein de l’Eglise catholique, du chemin reste à faire

Quand on entend la défense du Primat des Gaules, Monseigneur Philippe Barbarin, visé par deux plaintes, pour avoir fermé les yeux sur des actes de pédophilie, on se dit que beaucoup de chemin reste à faire pour éveiller les consciences. Car si, depuis quelques années, l’Eglise catholique prône la tolérance zéro, il n’est pas sûr que les règles, les bonnes pratiques et les mesures de prévention et d’éducation qu’elle a mis en place ont été comprises par tous.

Il semble en effet, que Monseigneur Barbarin n’ai pas pris la mesure de la gravité des faits qui lui sont reprochés. Car si le Cardinal n'a pas couvert des faits de pédophilie, ce qui est sûr, c’est qu’il était au courant des agissements de ses prêtres et qu’il n'a pas agi en conséquence.

C'est en marge du dossier Bernard Preynat que le Cardinal est visé par une enquête préliminaire pour non-dénonciation d'atteintes sexuelles sur mineurs de 15 ans. En effet, ce prêtre a été mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles sur des scouts lyonnais entre 1986 et 1991 et il est resté en activité jusqu’au 31 août 2015, date à laquelle il a été relevé de ses fonctions.

Une nouvelle plainte similaire vient d’être déposée contre le Cardinal pour des faits concernant des actes pédophiles remontant au début des années 1990 et commis par un prêtre lui aussi toujours en activité à Lyon.

Ces affaires de pédophilie, qui touchent l’église catholique, sont le résultat d’une démarche certainement unique en France. De longues années après les faits, et après avoir découvert que le prêtre était toujours en activité auprès des enfants, ses victimes ont en effet choisi de faire du bruit via Internet et les réseaux sociaux. Elles souhaitent ainsi recueillir un maximum de témoignages afin qu’une enquête soit ouverte.

Car le problème est que la plupart de ces faits sont prescrits. En effet, en France, la prescription des crimes sexuels sur mineur est de 20 ans après la majorité de la victime. C’est pourquoi, seules quatre victimes ont, à ce jour, pu porter plainte puisqu’elles ont moins de 38 ans.

Organisées au sein d’une association « la Parole libérée », les victimes ont créé un site Internet destiné à offrir un espace d'expression, d'échanges et d'écoute dédié aux victimes d'actes de pédophilie.

JCC

Pakistan : le pays adopte une loi punissant les abus sexuels contre les enfants

Cela parait presque incroyable, mais ce pays n’avait aucune loi punissant les abus sexuels contre les enfants. Le Sénat pakistanais a donc comblé ce vide juridique en adoptant un amendement, qui, pour la première fois, rend punissables d'une peine allant jusqu'à sept ans de prison les agressions sexuelles à l'encontre des mineurs, la pornographie infantile et le trafic d'enfants, alors qu'auparavant seuls les viols étaient punis par la loi. L'amendement au code pénal, qui entrera en vigueur après sa ratification par le président, élève également l'âge de la responsabilité pénale de sept à dix ans.

Il aura fallu un scandale pornographique en août dernier pour que les consciences se réveillent. En effet, la diffusion de centaines de vidéos pornographiques d'enfants du village de Hussain Khanwala, dans la province du Punjab, au centre du pays, avait été, au mois d'août 2015, à l'origine d'un scandale retentissant dans ce pays. Au moins 280 enfants, pour la plupart âgés de moins de 14 ans, avaient été les victimes de sévices de la part d’une vingtaine de personnes du village. Elles ont toutes été arrêtées.

Il s’agit là d’un pas important vers le respect par le Pakistan de la Convention relatives aux droits des enfants, que le pays avait ratifié en novembre 1990.

JCC

(Source : UNICEF)

France : l'Education nationale a laissé enseigner le professeur pédophile

Le professeur, mis en examen cette semaine dans l'Essonne pour agression sexuelle d'un mineur de 15 ans, avait déjà été condamné pour des faits similaires en Angleterre. Et l'Education nationale le savait, mais n'a rien fait.

Cet homme de 55 ans, professeur de maths au collège Blaise Pascal de Villemoisson-sur-Orge (Essonne) a également été inculpé pour « détention d'images pédopornographiques ». Il a été placé en détention provisoire.

L'homme avait déjà été condamné par un tribunal britannique en 2006 pour « relations sexuelles avec un enfant à partir d'une position de confiance et pour voyeurisme » à 15 mois d'emprisonnement, condamnation versée à son dossier professionnel.

Une commission paritaire académique réunie en formation disciplinaire en mars 2007 avait conclu à l'unanimité de ses 35 membres « à l'absence de sanctions ayant constaté que la matérialité des faits reprochés était sujette à caution et que le doute devait lui profiter ». Pour la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, il est « insupportable que ce professeur avait été autorisé à continuer d'enseigner ».

Depuis l'affaire de Villefontaine, où un directeur d'école mis en examen au printemps dernier pour viols d'une partie de ses élèves alors qu'il avait été condamné pour recel d'images pédopornographiques en 2008, l'Éducation nationale s'est engagée à passer au peigne fin le casier judiciaire de ses agents.

Un projet de loi en cours d'examen au Parlement doit garantir que toutes les affaires mettant en cause ses personnels dans des affaires de pédophilie « soient transmises en temps utile » pour que des sanctions disciplinaires puissent être prises.

Il serait plus que temps d’accélérer les procédures…

JCC

Pakistan : viols de plusieurs centaines d’enfants

Le scandale est d’une ampleur sans précédent. D’après « The Nation », un quotidien local diffusé en anglais, près de quatre cents vidéos pédopornographiques ont été saisies dans le district de Kasur, mettant en scène environ 280 mineurs, âgés pour la plupart de moins de 14 ans et originaires du village de Hussain Khan Wala. Des faits qui se seraient déroulés entre 2006 et 2014.

Les enfants y sont filmés en train d’être violés par un ou plusieurs hommes ou contraints à des rapports sexuels entre eux. Une enquête judiciaire a été ouverte, et douze personnes ont été arrêtées par la police. Dix ont été identifiées à partir d’une trentaine de vidéos et vingt-cinq en tout sont soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire.

D’après plusieurs témoignages, les coupables présumés essayaient d’extorquer de l’argent aux parents de leurs victimes, menaçant, en cas de refus, de vendre localement ces vidéos infamantes au prix modique de 40 roupies (0,30 euro).

Dans un rapport initial sur cette affaire, la police avait conclu que les accusations d’abus étaient « sans fondement ». Une thèse combattue par les avocats des victimes, qui reprochent aux forces de l’ordre d’avoir longtemps fermé les yeux et d’être de connivence avec les agresseurs.

« The Nation » va plus loin encore, accusant un élu local du PML-N (Pakistan Muslim League-Nawaz) d’avoir fait pression sur les policiers pour qu’ils relâchent le principal suspect. Un pot-de-vin de 5 millions de roupies aurait été versé pour sa libération.

Le scandale a été mis au jour mardi 4 août après une manifestation réclamant la justice pour les victimes, réunissant quatre mille personnes. Depuis, l’affaire a pris une dimension nationale. C’est le « plus grand scandale d’abus sur des enfants de l’histoire du Pakistan », selon le Premier Ministre.

Selon l’ONG « Sahil », l’une des principales organisations locales de défense des droits de l’enfant, plus de 3 500 affaires de ce type ont été recensées l’an dernier, mais le chiffre réel s’éleverait aux environs de 10 000.

JCC

(Sources : The Nation et Sahil)

Voir le site de SAHIL (en langue anglaise)

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog