Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #jouets guerriers

France : en Essonne, les enfants déposent les armes

Quelques semaines après les attentats de Paris et de Saint-Denis, les enfants ont-ils vraiment besoin de jouets guerriers ? Plusieurs enseignes avaient déjà retiré de la vente les armes factices (voir article précédent), mais d'autres souhaitent aller plus loin, et désarmer les enfants déjà équipés.

Une association de l'Essonne, « la Fabrique à neuf » leur propose d'échanger gratuitement leurs fusils, mitraillettes et pistolets en plastique contre d'autres jouets.

L'association va continuer de récolter ces armes factices jusqu'au 31 décembre. Ensuite, elles seront détruites ou recyclées.

Pour échanger les fausses armes contre des jouets et des livres, rendez-vous dans ces 3 ressourceries : à Ris-Orangis (9/11 rue Paul Langevin), à Corbeil-Essonnes (45 Avenue Paul Maintenant) et à Montgeron (46 Avenue Jean Jaurès).

JCC

Pour en savoir plus : la Fabrique à neuf

France : faut-il acheter des armes factices à nos enfants ?

La semaine dernière, en réaction aux attentats de Paris, l’enseigne de jouets « Toys’R’Us » a fait retirer de ses magasins français des jouets ressemblant à des armes à feu. La décision a d’abord été prise parce que ces jouets ressemblaient à s’y méprendre à des armes à feu, et pouvaient être « source de confusion pour les forces de l’ordre ». La concurrence s’est aussi lancée dans la course au désarmement : « Joué Club » a annoncé avoir réduit « les gammes de ce type de produits » et compte « accélérer cette démarche et ne mettra plus de copie d'armes de combat dans ses prochains catalogues ».

Dans les deux cas, impossible de savoir si la mesure est provisoire ou non, alors que Noël se profile. « Toys’R’Us » a d’ailleurs reconnu que la mesure ne représentait qu'un petit nombre de références, et que d'autres jouets, type sabre laser ou pistolets à eau, seront toujours vendus.

Car les deux enseignes ne prennent pas position sur le fond du débat : que penser de ces jouets pour enfants ? Est-ce bon ou mauvais ? La réponse revient évidemment aux parents.

Mais actuellement, les événements du vendredi 13 novembre 2015 font qu’ils vont davantage se poser la question d’offrir ce type de jouet à leur enfant. En effet ces pistolets, ces mitraillettes et ces fusils sont trop réalistes, et risque de heurter la sensibilité des enfants. Dans ce cas, la question se pose aussi pour les jeux vidéo violents, où le but est de tuer un maximum d'ennemis.

Il semble en effet difficile d'expliquer à des enfants les horreurs qui se sont produites si on banalise le meurtre et le crime avec des jouets ou des jeux vidéos. Les enfants sont sans cesse confrontés à des images violentes. Si on leur rajoute des armes hyper-réalistes, cette violence risque de devenir une réalité pour eux.

JCC

(Source : communiqués Toys’R’Us & Joué Club)

France : un jeu pour apprendre aux enfants à désamorcer une bombe !

Quand il s’agit de faire de l’argent, les fabricants de jouets sont capables de tout. Grâce au « zapping » de Canal+, j’ai pu voir une publicité, diffusée sur TF1, pour un jeu qui propose aux enfants de désamorcer une bombe avant qu’elle n’explose !

Et aussi incroyable que cela puisse paraître, ce jeu, intitulé « Chrono Bomb » et édité chez « Dujardin », filiale de la première chaine de télévision française (TF1 games), a obtenu le grand prix du jouet 2014. Son accroche est la suivante : « Installe ton parcours d'espion ! Choisis la durée du jeu et déclenche le compte à rebours de la bombe ! Tic Tac ! Tic Tac ! Désamorce la bombe avant qu'il ne soit trop tard !!! ».

L’occasion donc de revenir sur la « pertinence » des jouets guerriers.

Le jeu occupe une place primordiale dans la vie d'un enfant dès son plus jeune âge. Il lui permet notamment d'apprendre à développer son imaginaire et d'échanger avec les autres. Il est donc indispensable pour son équilibre.

On le voit avec ce nouveau « jouet », les jeux guerriers sont très proches de la réalité et des armes réelles utilisées dans les conflits. Ils reproduisent fidèlement la violence que l’on voit tous les jours au cinéma ou à la télévision. Ce faisant, ils deviennent les vecteurs de cette violence et participent à sa banalisation. Bien sûr, on trouve sur le marché d’autres jeux dont la violence est plus insidieuse comme par exemple tous les jeux centrés sur l'argent ou ceux dont le but est d'écraser un ennemi.

Bien évidemment, le jouet guerrier ne date pas d'aujourd'hui puisque l’on vendait des petites guillotines aux enfants de la Révolution Française et, de mon temps, on jouait aux cowboys et aux indiens avec la panoplie complète.

Et comme l’industrie des jouets guerriers est très florissante, ils ne sont pas près de disparaitre des rayons. C’est donc aux parents d’être vigilants, car si l'agressivité des enfants existe bien, elle peut s’exprimer par d’autres moyens que celui des jeux de guerre, des jeux vidéo ou de la télévision. Par le sport par exemple.

Offrons donc à nos enfants des jeux qui développent la créativité, la collaboration, l'entraide entre les joueurs qui doivent ensemble atteindre un but.

Mais surtout, discutons avec nos enfants, dialoguons avec eux chaque fois que c'est possible, sachons aussi les écouter, les informer, leur répondre et être disponibles.

Enfin, si les enfants peuvent jouer à la guerre pourquoi ne pourrions-nous pas jouer, avec eux, à la Paix ?

JCC

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog