Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #harcelement scolaire

12 % des élèves du primaire, 10 % des collégiens sont victimes de harcèlement, et 20 % de cyber-harcèlement. Trois à quatre en meurent chaque année. Mais peu osent en parler. Voici la première bande dessinée consacrée à ce sujet, un livre pour délier la parole.

Moqueries, insultes, coups, humiliations… Il y a de nombreuses manières de harceler à l’école. Sans rien dire, chaque jour, les enfants harcelés s’y rendent « la boule au ventre ». Ils font des cauchemars la nuit, perdent confiance en eux, vont même jusqu’à penser au suicide.
Cette bande dessinée montre que l’école ne doit pas être un lieu de torture.

« Seule à la récré » raconte l’histoire d’Emma dont la vie pourrait être parfaite si Clarisse ne lui faisait pas vivre un enfer à l’école, en ayant monté les autres élèves contre elle. Pourquoi ? Emma n’a rien fait. Face à la douleur d’Emma, ses parents, les maîtresses de l’école ne remarquent rien. En récré, elles pensent que les élèves jouent, mais ce ne sont pas des jeux drôles.

Ecrite par Ana et le dessinateur  Bloz (père et fille dans la vraie vie), cette bande dessinée qui traite d’un problème fréquent, est tendre, drôle et vraie. Peut-être parce qu’elle se base sur la propre expérience des auteurs.

Il n’est pas encore trop tard pour que cette BD se retrouve au pied du sapin !

JCC

(Source : Bamboo Editions)

« Seule à la récré », Bamboo Editions. 10,60 €
 

C’est l’UNESCO qui dévoile ce chiffre effrayant dans un rapport sur la « lutte contre la violence de genre en milieu scolaire: Orientations mondiales ».

Il est estimé à 246 millions d'élèves pouvant faire l'objet de harcèlements ou d'agressions et à 60 millions le nombre de filles, contre 29 millions de garçons,  qui subissent des abus sexuels sur le chemin ou dans l'enceinte de l'école chaque année.

La violence et le harcèlement à l’école, qu’il s’agisse du harcèlement physique, psychologique ou sexuel, ont un impact négatif démontré sur l’apprentissage des élèves ainsi que sur leur santé mentale et émotionnelle. Plusieurs études, citées dans e rapport, montrent que les enfants et les jeunes qui sont victimes de harcèlement homophobe présentent un risque accru de stress, d’anxiété, de dépression, d’estime de soi dégradée, de marginalisation, d’autodestruction et de pensées suicidaires.

L’UNESCO montre que la violence à l’école naît de rapports de force inégaux souvent renforcés par des stéréotypes et des normes liées au genre, l’orientation sexuelle ainsi que d’autres facteurs qui contribuent à la marginalisation tels que la pauvreté, l’identité ethnique, ou encore la langue. D’après un sondage de 2016 sur le harcèlement réalisé auprès de 100 000 jeunes dans 18 pays, 25% des enfants et jeunes interrogés indiquent avoir été harcelés du fait de leur apparence physique, 25% en raison de leur genre ou de leur orientation sexuelle et 25% du fait de leur origine ethnique ou nationale.

Le rapport recommande que des mesures soient prises pour faire face à la violence et au harcèlement à l’école, notamment pour renforcer la capacité de la direction des établissements à agir, améliorer la sensibilisation, impliquer les élèves et les adolescents, renforcer la formation des personnels enseignants, mettre en place des systèmes d’alerte et développer la collecte de données.

JCC

(Source : rapport UNESCO)

Voir le rapport

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog