Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #droit aux vacances

France : un enfant sur trois ne partira pas en vacances cet été

Cette année encore, un enfant sur trois ne part toujours pas en vacances : c'est ce qu'affirme le Secours Populaire Français (SPF). Ainsi, ce sont près de 4 millions d'enfants et d'adolescents de tous milieux qui resteront à la maison cet été en prise au désœuvrement, sans autre horizon que leur environnement quotidien.

Il s'agit des enfants d'agriculteurs (45%), mais également d'enfants issus de la classe ouvrière (34%). Les foyers de cadres supérieurs sont moins touchés, à peine 5%. Selon le SPF, « Il y a une corrélation évidente entre le fait de pouvoir partir en vacances et les revenus du foyer ». Un enfant sur deux vivant dans une famille aux revenus modestes - moins de 1 500 euros par mois - ne part pas en vacances. Ils ne sont que 6% à en être privés dans les familles percevant plus de 4 000 euros.

Cette situation est contraire à la Convention internationale des droits de l'enfant. Parce qu'il permet, dans une ambiance de détente et de jeux, de découvrir d'autres, lieux, d'autres personnes, de nouvelles activités, de construire et de partager des projets avec les autres, le départ en vacances est un élément important du développement personnel, social et culturel de chaque enfant.

De nombreuses aides existent et des organismes, comme le Secours Populaire, peuvent également soutenir les familles en difficultés.

JCC

Voir le dossier sur www.droitsenfant.fr

France : une campagne pour redonner confiance dans les colonies de vacances

Des affiches « En colo, j'ai confiance », « En colo, je m'amuse ! », un document pédagogique « 14 questions clés » à destination des parents : le ministère de la Jeunesse entend redonner « un nouveau souffle » aux séjours d’enfants avec hébergement. Depuis vingt ans, la baisse ne fait qu’augmenter, et les coûts y sont sans doute pour quelque chose. Ils varient de 400 à 600 euros pour une semaine, un budget trop lourd pour la classe moyenne même s’il existe des aides (CAF, associations, comités d’entreprises, mairies…).

Mais ce désamour est surement dû aussi à un manque de confiance. En effet, de récentes affaires de pédophilie à l'école ont aggravé cette désaffection. Sur ce point, le gouvernement rappelle que « le système d'information relatif aux accueils de mineurs (SIAM) procède à une consultation systématique du casier judiciaire national et du Fichier national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS) » afin de vérifier que les encadrants « ne font pas l'objet de condamnations les rendant incapables d'exercer » auprès de mineurs.

Le ministère rappelle également que chaque année « 56.000 brevets d'aptitude aux fonctions d'animateur (BAFA) et de directeur (BAFD) sont délivrés par l'État », ce qui permet aux encadrants « d'acquérir les aptitudes nécessaires à l'exercice de leurs fonctions ».

Les hébergements « doivent être conformes aux normes en vigueur relatives à la sécurité contre les risques d'incendie et de panique et en matière d'hygiène et sécurité », rappelle le ministère, précisant que les lieux d'accueils font l'objet de « près de 10.000 contrôles et évaluations » chaque année « par plus de 750 agents ».

« Parce que les colonies de vacances sont une expérience d'émancipation que rien ne remplace, je veux leur donner un nouveau souffle », assure dans un communiqué Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse.

JCC

(Source : communiqué Ministère de la jeunesse)

Pour en savoir plus sur cette campagne voir « Instant colo »

colos.jpgJugés illégaux par la Cour européenne de justice, les Contrats d'Engagement Educatif (CEE) qui régissent l’embauche des animateurs de centres de vacances pourraient être modifiés par le Conseil d'État à la rentrée prochaine.

 

Créés en 2006 par la loi relative au volontariat associatif et à l'engagement éducatif, les CEE dérogent aux règles de droit commun du travail. Signés entre les animateurs et les directeurs de centres d'accueils collectifs de mineurs (centre de loisirs, centres aérés, colonies de vacances), ils représentent les contrats de travail des animateurs.

 

La particularité de ce job est d’assurer une présence permanente auprès des enfants, y compris la nuit. Les monos n'ont donc pas d'heures obligatoires de repos journaliers ou de compensations. Toutefois, la durée de ce type de contrat ne peut pas excéder 80 jours de travail par an.

 

Jugeant ces conditions scandaleuses l'Union Syndicale Solidaires de l’Isère a saisi le conseil d'État puis la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) en 2008. Pour le syndicat, le constat est grave, en vertu du non respect des conditions de travail d'une part et pour des raisons de sécurité d'autre part.

 

Cet avis semble partagé par la Secrétaire d'État à la jeunesse, Jeannette Bougrab, favorable à une amélioration des conditions de travail des animateurs.

 

D'après la CJUE,  selon un jugement datant d'octobre 2010, le contrat d'engagement éducatif tel qu'il est proposé actuellement n'est pas conforme au droit européen du travail. La France devant se porter garante des règles européennes en vigueur, se doit de modifier les conditions présentes.

 

En conséquence, dès le mois de septembre, le Conseil d'État pourrait changer la donne en imposant aux moniteurs un repos minimal de 11 heures par jour plus, deux jours de repos hebdomadaires contre un seul actuellement.

 

Pour les organisateurs, outre le fait que se serait un coup fatal à l'esprit des colonies, cela engendrera l’embauche d’animateurs supplémentaires. Du coup, le prix de séjours et vacances en groupes pourrait augmenter de 15 % à 30% sauf si les collectivités prennent le relais.

 

Si ce n’était pas le cas, les enfants issus des familles les plus modestes seraient privés de « colo », seule possibilité pour eux de partir en vacances.

 

JCC

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog