Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Articles avec #citoyennete

L'Association nationale des conseils d'enfants et de jeunes (ANACEJ) vient de publier son rapport d'activité 2016. Par ailleurs, l’association a fêté en 2016 ses 25 ans. 25 ans d’expérimentation pour favoriser le dialogue entre enfants, jeunes, professionnels et élus locaux. 25 ans de formation des professionnels aux outils qui favorisent la participation des enfants et des jeunes.

Le rapport, quant à lui, revient sur l'année écoulée et, en particulier, sur le congrès ayant réuni fin octobre à Strasbourg quelque 800 participants. A cette occasion, enfants, jeunes et adultes (élus et professionnels enfance/jeunesse) ont testé ensemble différentes méthodes de débats et d’échange, qui les ont conduits à formuler 25 propositions visant à renforcer la participation des enfants et des jeunes.

L'association appelle tout d'abord à « créer les conditions favorables au dialogue entre jeunes et élus », à travers huit propositions. Parmi elles : reconnaître aux enfants et aux jeunes un droit à l’interpellation, à ne pas être d’accord, à expérimenter, et à prendre des initiatives ; s’assurer que les enfants et les jeunes concertés soient informés des décisions prises par la suite par les élus, des raisons de ces choix et de leur mise en œuvre. Enfin, se donner les moyens humains et financiers.

Deuxième grande orientation pour l’ANACEJ : développer la culture de la participation partout, pour toutes et tous. Pour cela, l'association invite les collectivités à organiser la rencontre entre instances de participation et conseils municipaux, intercommunaux, départementaux, et régionaux. Autre proposition : s’assurer dans le cadre de la mise en place de politiques publiques de demander leur avis aux enfants et aux jeunes, les évaluer ensuite avec eux.

Les autres propositions de l’ANACEJ ont trait à la formation et au partage de connaissances sur la participation et à la communication.

Pour rappel, l’ANACEJ réunit 400 communes, départements et régions, ainsi que onze mouvements de jeunesse et d’éducation populaire (* voir ci-dessous).

JCC

(Source : rapport ANACEJ)

(*) L'AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville), l'APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés), l'ARML de Corse (Association régionale des missions locales de Corse), les CEMEA  (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active), le Centre de ressources de Mayotte, la CMJCF (Confédération des maisons des jeunes et de la culture de France), les ÉÉDF (Éclaireuses et éclaireurs de France), la FCPE (Fédération des conseils et parents d’élèves), les Francas, JPA (Jeunesse au plein air) et la Ligue de l’enseignement.

Voir le rapport ici
 

France : l’exemplaire marche des lycéens

Nous sommes nombreux à agir contre les amalgames qui apparaissent partout actuellement (voir article d’hier). Pour les dénoncer, une quinzaine de lycéens de Bordeaux ont décidé de réagir pour combattre cette autre forme du racisme. De toutes origines sociales et religieuses, ils marchent pour se rendre à Paris au siège de Charlie Hebdo.

Ces lycéens veulent montrer que face à la barbarie et aux terroristes, ils restent unis, métissés et fiers de vivre ensemble. Sur le site internet dédié (voir lien ci-dessous), ils expliquent « qu’à la suite des évènements ayant provoqué la mort d’un trop grand nombre de personnes et ayant eu pour visée d’attenter à notre liberté d’expression, nous organisons une marche Bordeaux-Paris afin d’honorer la mémoire des victimes et de montrer à quel point les français peuvent être soudés malgré leurs différences culturelles ».

Le parcours de 569 km compte une dizaine d’étapes. Ces haltes seront l’occasion d’aller à la rencontre de jeunes, de citoyens à travers la France. Les lycéens veulent parler avec eux des drames vécus et recueillir les réactions.

Alors, s’ils passent près de chez-vous, n’hésitez pas à venir les soutenir voire les accompagner un bout de chemin.

Le parcours :

Bordeaux : 13 janvier (départ).
Montendre : arrivée le 13 janvier dans la soirée, départ le 14 janvier
Angoulême : arrivée le 14 janvier départ le 15 janvier
Manot : arrivée le 15 janvier départ le 16 janvier
Magnac Laval : arrivée le 16 janvier départ le 17 janvier
Argenton sur Creuse : arrivée le 17 janvier départ le 18 janvier
Vatan : arrivée le 18 janvier départ le 19 janvier
Marcilly en Gault : arrivée le 19 janvier départ le 20 janvier
Orléans : arrivée le 20 janvier départ le 21 janvier
Etampes : arrivée le 21 janvier départ le 22 janvier
Paris : arrivée le 23 janvier.

JCC

(Source : La marche des Lycéens)

Pour suivre la marche et les soutenir : voir le site dédié

France : 18ème parlement des enfants

Samedi dernier, l’hémicycle était garni de 577 députés/écoliers représentant toutes les circonscriptions à l’Assemblée nationale, de la Polynésie à la Sarthe en passant par le Maghreb. Et pour la première fois, les Français de l’étranger étaient représentés par une élève venue de Tunisie, qui a plaidé pour les droits des filles et des femmes.

Avec 269 voix pour, le texte visant à prévenir les violences et discriminations dans les établissements et aider les élèves qui en sont victimes est arrivé en tête des suffrages de ces élèves de CM2.

La proposition de loi visant à assurer la représentation des enfants dans les écoles n’est arrivée que deuxième (129 voix). Egalement devancés, le texte qui prônait la rupture de l’isolement des personnes âgées dans chaque commune en créant un passeport civique du jeune citoyen (86 voix) et la proposition pour sensibiliser les élèves à l’égalité des filles et des garçons (80 voix).

Le parlement des enfants est né en 1994 à l’initiative de Philippe Seguin, alors président de l’Assemblée. Depuis, chaque année, à partir du mois de septembre, après avoir fait acte de candidature, 577 classes de CM2, représentant l’ensemble des circonscriptions législatives de métropole et d’Outre-mer, rédigent avec leur instituteur une proposition de loi sur le thème de leur choix et des questions à poser au président de l’assemblée et au ministre de l’éducation nationale.

Chaque classe élit de plus un élève qui sera le « député junior » de la circonscription. À la fin de l’année scolaire, les 577 « députés juniors » siègent à l’Assemblée et choisissent l’une des lois rédigées par leurs camarades. Cette loi est ensuite déposée au bureau de l’assemblée et régulièrement examinée.

Depuis 1994, quatre lois proposées par le parlement des enfants sont devenues des lois de la république. La première, concerne les fratries d’enfants adoptés. La seconde porte sur les droits de l’enfant orphelin face au conseil de famille. La troisième interdit l’achat par le service public de fournitures fabriquées par des enfants dans les pays où leurs droits ne sont pas respectés. La quatrième vise à améliorer la détection des enfants maltraités.

Je reviendrais, dans un prochain article, sur le fond de cette initiative.

JCC

(Source : Assemblée Nationale)

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog