Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

divorce.jpgPrès d'une centaine de députés, issue de la majorité gouvernementale, souhaite que la garde alternée de l'enfant après la séparation des parents, soit désormais la règle à défaut d'accord et que ce soit au parent opposé à ce choix de justifier sa position. La charge de la preuve se trouverait donc inversée.

Selon l'exposé des motifs, ce texte « vise à remettre l'enfant au centre du débat en lui offrant la possibilité, si les conditions sont réunies, d'être élevé par ses deux parents ». Car selon les chiffres du ministère de la Justice, la résidence alternée ne concerne que 14 % de l'ensemble des divorces prononcés en France en 2010.

Le texte prévoit également un recours plus important à la médiation familiale et une plus grande préservation de l'autorité parentale partagée.

Selon les signataires, l'objectif de ce texte est simple : « protéger l'intérêt supérieur de l'enfant en lui garantissant une construction saine et équilibrée, reposant sur deux parents réellement présents ».

Les associations, connaissant la réalité du terrain comme la souffrance de certains enfants  mis en « alternance » sans considération d'âge, de distance des foyers ou de contexte familial violent, sont résolument hostiles à ce qu'une formule précise d'hébergement, quelle qu'elle soit, apparaisse un jour dans un texte de loi comme la règle de base par rapport à toutes les autres. Cela signifierait, pour les associations,  une ingérence excessive de l'Etat dans le privé des familles, basée sur un doute et une méfiance quant à la capacité des parents à veiller sainement sur leurs enfants, qui de fait n'est plus libre de s'opposer à cette imposition dites « égalitaire ».

Pour elles, il doit exister un consensus parental et donc une réelle coparentalité, permettant à l'enfant de vivre ce mode de garde et une alternance sans clivage et surtout sans conflit.

Seules les associations, représentant les pères, sont convaincues du bien fondé de ce projet de loi, indiquant que de plus en plus de pères sont impliqués dans l'éducation de leurs enfants et qu’ils veulent tenir pleinement leur rôle malgré un divorce.


Le pédopsychiatre, Marcel Ruffo, se place du côté de l’enfant. Il se dit plutôt contre. Il ne voit pas qui peut se trouver bien de vivre une semaine ici et une semaine ailleurs. Selon lui, « c’est demander aux enfants un effort d’adaptation excessif ». Mais il comprend que certains puissent y trouver leur compte.


Depuis une quinzaine d’années, le nombre de divorces est en constante augmentation. En 2010, en France 127 518 divorces ont été prononcés. Ainsi, environ 120.000 enfants sont concernés chaque année par le seul divorce de leurs parents (source : INED).

Sur mon site, 90% des questions qui me sont posées concernent les conflits familiaux et le droit de garde. Ce nouveau projet de loi, présenté à quelques mois des élections présidentielles, reste du domaine du droit à l’enfant et non pas du droit de l’enfant.

JCC

commentaires

residence alternee 04/11/2011 09:15



c'est bien ce que je dis ....



residence 03/11/2011 19:53



mon commentaire n'est nullement agressif : il souligne juste vos carences en la matiere; pendant tres longtemps , rufo avait une position bien tranchée sur le sujet mais il est vrai que l'on ne
peut pas être dans son service et à la fois à la télé , la radio et inetrnet . le fait qu'il ait rencontré de nombreux enfants contents et épanouis ( comme le montre de nombreuses etudes sur le
sujet ) en résidence alternée l'a fait changer d'avis : on regrettera son retard à l'allumage qui a du causer de nombreux dégats.....



Jean-Charles Champagnat 04/11/2011 08:30



Dont acte, je reconnais mes "carences" ! Vous ne l'avez pas compris, il s'agit d'un blog consacré aux droits des enfants et non au droit à l'enfant...



residence.alternee 02/11/2011 22:13



mettez vous à la page : rufo n'est plus contre depuis qu'il a vu de nombreux enfants beneficier de la residence en alternance



Jean-Charles Champagnat 03/11/2011 19:45



Bonsoir. Inutile d'être agressif. J'ai entendu parler Marcel Ruffo sur ce sujet la semaine dernière sur France 5. Contrairement à beaucoup, il se place du côté de l'enfant. C'est donc un point de
vue qu'il faut savoir écouter et prendre en compte même si l'on est pas d'accord...



bibi 01/11/2011 09:34


Je ne partage pas votre avis ; Combien de dizaine de milliers de pere abandonne leur enfant chaque année parce qu'il ne peuvent se battre face une ex qui met en scene un conflit pour obtenir une
garde quasi exclusive ... Les avocats vous deconseille avant l'age de 4-6 d'aller demander la garde alternee ... Pour des raisons qui sont obscur.... Les peres abandonne et les magistrat n'ont pas
les moyens legaux pour aller dans le sens d'une modernisation des mode de garde, au cas par cas. Il prefere trop souvent se refugie dans ce qui a toujours ete fait ... De facto, cette loi permettra
aux deux parents de se projeter tout de suite dans co parentalite, en les mettant a égalité, ce qui est aujourd hui la volonte de la plupart des parents...


Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog