Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

enfants romsLa promesse de François Hollande qui « souhaitait que, lorsqu’un campement insalubre était démantelé, des solutions alternatives soient proposées » n’a pas tenue 100 jours !


Donc pendant l’été, les expulsions de Roms continuent et aucune mesure d’accompagnement social ni d’hébergement n’est prévue pour les familles expulsées, pourtant dépourvues de tout.


Jeudi dernier, plusieurs centaines de Roms ont été expulsés de leur campement, en banlieue de Lille. Une autre évacuation a eu lieu dans le XIXe arrondissement de Paris et plusieurs campements avaient été auparavant démantelés dans la banlieue parisienne et à Marseille. Lundi 6 août, un campement sauvage de 150 personnes installé à Vaulx-en-Velin, en banlieue de Lyon, a été évacué juste avant l'arrivée de la police.


Le 31 juillet, Manuel Valls, le tout nouveau ministre de l'Intérieur avait fait preuve de fermeté et affirmait que « quand il y aura décision de justice, il y aura démantèlement de ces campements ». Mais ajoutait-il, « contrairement à la politique menée par le précédent gouvernement, aucune population n'est ciblée pour elle-même, il n'y a plus de politique ethnique en France ».


A nouveau, la France a été placée « sous surveillance » par l'Union européenne quant aux conditions dans lesquelles sont traités les Roms dans notre pays.


Des critiques se sont élevées à gauche ces derniers jours y compris dans le camp socialiste, le mouvement écologiste EELV estimant que les démantèlements de campements « contredisent brutalement une des promesses »  du président Hollande, et le Nouveau Parti anticapitaliste affirme que la « chasse aux Roms » continue dans « la plus sordide des traditions sarkoziennes ».


A droite, Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, a salué la « preuve de lucidité » de Manuel Valls sur le dossier des Roms.


Pour rappel, 15 000 à 20 000 Roms vivraient en France, la moitié en région parisienne, les autres principalement autour de Lille, Lyon et Marseille. Au sein de cette population on compte environ 60% d’enfants. Ces familles, très hétérogènes, vivent toutes  dans une extrême pauvreté car tout travail leur est interdit. En effet, les ressortissants roumains et bulgares, citoyens européens depuis 2007, font l’objet jusqu’au 31 décembre 2013 de « mesures transitoires » qui, de fait, les excluent du marché du travail.


JCC

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog