Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

arche zoeCinq ans après les faits, le procès de L'Arche de Zoé s’ouvre aujourd’hui, au tribunal correctionnel de Paris. Tout a commencé en 2007. L’association « L’Arche de Zoé » tente de faire adopter en France 103 enfants qu’ils présentent comme des orphelins de la région du Darfour au Soudan. Or, en réalité, ces enfants sont Tchadiens et la plupart d’entre eux avait au moins un parent. Du coup, six membres de l’association sont arrêtés par les autorités tchadiennes et condamnés en décembre 2007 à des travaux forcés pour enlèvement d’enfant. Transférés en France, leur condamnation est transformée en une peine de 8 ans de prison suite à un accord entre les deux pays. En mars 2008, le président du Tchad décide finalement de les gracier et ainsi de leur permettre de retrouver la liberté.


Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Avant même leur arrestation au Tchad, les membres de L’Arche de Zoé avait fait l’objet en juillet 2007 d’une enquête préliminaire de la part du parquet de Paris. A l’époque, le ministère des Affaires étrangères avait signalé qu’une association proposait sur Internet d’adopter des orphelins issus de la guerre au Darfour, d’où ce nouveau procès qui s’ouvre demain.


L'association a toujours argué de sa bonne foi et de sa volonté d'aider les enfants d'Afrique pour justifier les méthodes et les démarches incriminées.


Pourtant, les principaux accusés, l’ex-président de l’association Eric Breteau et sa compagne Emilie Lelouche ne seront pas présents. Résidant actuellement en Afrique du Sud, le couple ne souhaiterait ni s’expliquer, ni être représenté par son avocate.


Ils sont censés comparaître avec quatre autres personnes pour « exercice illicite de l'activité d'intermédiaire pour l'adoption de mineurs de 15 ans », « aide à l'entrée au séjour irrégulier », « escroquerie au préjudice de 358 familles accueillante » et enfin « escroquerie au préjudice de plusieurs bénévoles ». Ils encourent des peines allant d'un à dix ans d'emprisonnement et 750 000 € d’amendes.


Six audiences sont prévues jusqu'à la mi-décembre, après quoi le jugement sera mis en délibéré.


JCC

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog