Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

D Versini2J’ai beaucoup évoqué dans ce blog la disparition de la défenseure des enfants. Selon la loi, c’est donc à partir du 1er mai 2011 que le nouveau défenseur des droits prend ses fonctions en lieu et place de la défenseure des enfants et de 3 autres institutions (Médiateur de la République, HALDE, CNDS). A ce jour, ce dernier n’est toujours pas nommé.

 

Dans son dernier rapport, Dominique Versini revient sur les dossiers qu’elle « laisse » à son successeur :

 

Enfants handicapés

Alors que la loi de 2005 sur le handicap a représenté une grande avancée et permis une augmentation importante du nombre d’enfants handicapés scolarisés, la prise en charge effective de ces enfants reste un parcours du combattant dans le milieu scolaire ordinaire.

La Défenseure des enfants n’a cessé de faire état de la pénurie d’auxiliaires de vie scolaire dont la précarité des statuts et le manque de formation constituent des freins permanents.

De même, elle constate un manque criant de centres adaptés pour les enfants lourdement handicapés et les enfants autistes.

 

Pauvreté

Aucune suite favorable n’a été donnée par les pouvoirs publics aux recommandations de la Défenseure des enfants (2010) et du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (juin 2009) sur les priorités permettant d’atteindre l’objectif de réduction de 30 % de la pauvreté d’ici 2012 alors que deux millions d’enfants vivent dans des familles dont les revenus sont inférieurs au seuil minimum de pauvreté (de 773€ à 950€ après transferts sociaux).

L’absence de volonté politique de développer des logements sociaux et très sociaux (il manque 600 000 logements) rend inapplicable le droit au logement opposable (mars 2007) qui a été une très grande avancée législative.

 

Protection de l’enfance

La loi sur la protection de l’enfance (mars 2007) également très novatrice dans la prévention et l’accompagnement des familles n’a pas été soutenue dans son application par les services de l’Etat ce qui augmente les risques de placements des enfants de familles précaires à l’aide sociale à l’enfance (ASE).

 

Mineurs étrangers

La Défenseure des enfants n’a cessé de dénoncer les répercussions pour les enfants étrangers des durcissements de la politique d’immigration.

Les mineurs isolés étrangers présents sur notre territoire sont sujets à de nombreuses atteintes aux droits lors de leur séjour en zone d’attente (pas toujours d’espace séparé des adultes, réacheminement de certains enfants vers des pays de transit où ils ne connaissent personne ...) ou de leur prise en charge sur le territoire français (examens d’âge osseux, absence de services sociaux …).

 

Roms

Refus illégaux répétés d’inscription scolaire de la part de certaines mairies, conditions de vie insalubres, expulsions régulières de leurs campements, défaut de prise en charge médicale...

Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a souligné dans son rapport (juin 2009), les graves manquements de notre pays à l’égard des droits fondamentaux des enfants roms. Des comportements inadmissibles pointés sans relâche par la Défenseure des enfants.

 

 

Justice des mineurs

La Défenseure des enfants s’inquiète des évolutions qui, depuis 2004, tendent à durcir la justice pénale applicable aux enfants délinquants. Elle n’a cessé de rappeler la spécificité de la justice des mineurs dont les principes essentiels sont la priorité éducative sur le répressif, la spécialisation des juges (juges pour enfants), l’atténuation de la responsabilité du fait de la minorité...

 

JCC

 

(source : Défenseure des enfants)

commentaires

Xavier Collet 16/05/2011 17:48



"La question est : qu'est-ce que l'on fait quand les parents ne jouent pas leur rôle éducatif ?"


Je pense que vous n'avez pas bien saisi mon propos pour formuler une telle question. La réponse à votre question était déjà contenue dans ma dénonciation de l'assistanat avec ses conséquences sur
les familles. Pour aller plus loin je vous renvoie à : http://comitecedif.wordpress.com/2011/05/01/les-derives-familiales-de-letat-providence/


"Merci également de rester mesuré dans vos propos. En toute chose, il faut savoir garder raison." 


Donc en rester aux faits et non aux incantations sur le rôle vertueux de l'empilement des institutions dont le rôle est au mieux inutile. Je vous invite à méditer à ce sujet plutôt que de vous
extasier sur le bilan d'une défenseure des enfants qui aurait bénéficié de davantage de moyens. Croire en cette panacée relève de la naïveté ou du corporatisme des travailleurs dits sociaux.


 



SOS Parents Abusés 16/05/2011 08:16



Moi aussi j'ai une QUESTION : Que fait ont lorsque les institutions outrepasses leur droit, fabrique de brique et de broc des rapports outranciés
sur les parents et ne respecte pas les lois en vigueur "le code de l'action sociale, la réforme du 5 mars 2007, la convention international des droits de l'enfant, etc..."et que le service de
comtrole "l'IGAS" ne réagis pas, ni les presidents des conseils généraux, ni les ministères ?


 



Xavier Collet 15/05/2011 18:39



Monsieur Dolla a tout à fait raison, la défenseure des enfants n'a servi à rien sinon à donner du poids aux revendications d'un toujours plus pour les travailleurs sociaux, le tout social en
général n'est pas un facteur de responsabilisation alors que la réponse au mal-être des familles et plus généralement des enfants consiste en la restauration des prérogatives de l'institution
familiale.


Ce que l'on attend d'un défenseur des droits c'est donc bien le respect des droits de l'individu et des familles en rappelant d'abord que l'éducation est du domaine des parents avant d'être celle
de l'école ou des assistantes sociales. Mais quand on lit un article dans le journal du conseil général du Cher ou une assistante sociale développe la thématique du "droit des jeunes à la
sexualité", considérant que ce droit justifie en partie son rôle on se rend compte que le respect des prérogatives familiales est très mal toléré.


Agir dans le bon sens ce n'est donc pas proposer des postes supplémentaires, c'est faire le ménage dans l'institution et arrêter l'assistanat et les conseils à la con.



Jean-Charles Champagnat 16/05/2011 07:52



La question est : qu'est-ce que l'on fait quand les parents ne jouent pas leur rôle éducatif ? Merci également de rester mesuré dans vos propos. En toute chose, il faut savoir garder raison.



ninjablanc 04/05/2011 07:38



mais vous ne servez à rien ! que du bla bla !  comme l'IGAS !  ah pour faire des rapports  ok mais après ?  rien le néant !



Jean-Charles Champagnat 05/05/2011 07:56



Le défenseur des enfants est une institution utile aux enfants, mais, comme l'IGAS que vous évoquez, ces institutions ne peuvent pas tout régler !



Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog