Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

 

assiette.jpgAlors que dans de nombreux pays des millions d’enfants meurent de faim, en France l’association Générations Futures et le réseau européen HEAL  viennent de réaliser une enquête évaluant l’exposition des enfants, à des substances chimiques susceptibles d’être cancérigènes via leur alimentation. Cette enquête à été conduite dans le cadre du lancement d’une vaste campagne visant à dénoncer le rôle des facteurs environnementaux dans l’actuelle épidémie de cancers.

 

Ainsi, entre juillet et septembre 2010, l’association a acheté dans divers supermarchés des aliments non bio, composant les repas types d’une journée d’un enfant d’une dizaine d’années. Au total, quatre repas et un encas ont été élaborés selon les recommandations du ministère de la santé, incluant 5 fruits et légumes frais par jour, un minimum de trois produits laitiers et un litre et demi d’eau. Des friandises comme un chewing-gum ont été incluses afin de rester fidèle à la réalité.

 

Au total, sur l’ensemble de la journée, 128 résidus chimiques ont été détectés, représentant 81 substances chimiques différentes. Ces dernières comptent 42 substances différentes classées cancérogènes possibles ou probables, 5 substances classées comme cancérogènes certaines ainsi que 37 substances différentes dépeintes comme perturbateurs endocriniens (PE). Il est à noter que 28 substances sont classées à la fois possiblement cancérogènes et PE. Du point de vue de la teneur de ces substances, seuls 2 résidus de pesticides sont supérieurs aux LMR (Limites Maximales de Résidus), les autres substances chimiques trouvées étant à des niveaux inférieurs aux différentes normes en vigueur.

 

Bien qu’elle ne prétende pas « être parfaitement représentative de la consommation alimentaire française moyenne » et « refléter exactement l’état moyen de la contamination par des substances chimiques des aliments vendus en France », cette enquête a le mérite de dénoncer un problème croissant, à savoir l’ingestion quotidienne de cocktails réunissant de nombreuses substances nocives. Or, le respect des limites légales pour chaque substance chimique prise individuellement n’apporte aucune garantie quant à l’exposition globale.

 

La campagne est présentée sur le site environnement-et-cancer.com,. Elle donne l'occasion à l’association Générations Futures de réclamer l'interdiction de l'utilisation des additifs potentiellement cancérigènes ou perturbateurs endocriniens tels que le BHA et l'interdiction de tous les plastiques contenant des phtalates ou du bisphénol A. L'association demande également la mise en oeuvre d'un volet environnement dans le 2e Plan Cancer.

 

JCC

 

(Source : association génération futures)

 

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog