Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

enfants roms2 862 personnes ont été délogées au cours des deux derniers mois. Parmi elles, on compte plus de 900 enfants. Près de 200 personnes expulsées d’un terrain à Saint-Priest, dans le Rhône, environ 80 à Évry en région parisienne, neuf familles dans le centre de Lyon : malgré la réunion interministérielle consacrée le 22 août à la gestion des campements illicites, les évacuations forcées de Roms se poursuivent sans, pour l’instant, être compensées par des solutions effectives de relogement. De tout l’été, elles n’ont pas cessé, avec une accélération entre fin juillet et début août.


Saint-Étienne, Lyon, Aix-en-Provence, La Courneuve, Vaulx-en-Velin, et dernièrement Évry et Saint-Priest : les démantèlements se succèdent en effet à un niveau élevé à la suite de décisions de justice mais aussi d’arrêtés municipaux issus d’élus de droite comme de gauche. À chaque fois, ou presque, le même scénario se reproduit : les cabanes sont encerclées à l’aube par la police, les affaires sont détruites. Les habitants, sommés de quitter les lieux, doivent trouver à se reloger sur un nouvel emplacement.


En juillet et août, 389 obligations de quitter le territoire français (OQTF) ont été délivrées et ont conduit à des expulsions du territoire. Ainsi, deux charters sont partis de Lyon, l’un le 5 juillet et l’autre le 9 août, à destination de Bucarest avec 343 personnes à bord.


Le collectif  « Roms Europe », liste aussi les multiples menaces pesant sur des terrains en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, à Paris, dans le Languedoc, dans le Nord, en Lorraine et en Loire-Atlantique.


Pour les associations, les méthodes policières sont identiques, les CRS viennent en masse pour les expulser. Même quand il y a des femmes et des enfants. Parfois, ils font des tours plusieurs jours avant pour les inciter à partir d’eux-mêmes, ça peut prendre la forme de harcèlement. Après leur passage, vers 10 heures, les bulldozers débarquent et rasent tout, c’est pour cela que certains occupants préfèrent partir avant.


À propos des propositions de relogement, rien n’est réellement fait pour l’instant mais la circulaire, issue de la réunion interministérielle évoquée ci-dessus, est attendue avec impatience par les défenseurs des droits des Roms. Ce texte en cours de signature auprès des ministres concernés devrait permettre de coordonner « très en amont » les actions des préfets, des collectivités locales, avec celles des familles et des associations. Un diagnostic individualisé devrait être établi dès l’installation d’un campement avec pour mission de dénombrer les personnes présentes, leur situation et leurs besoins. Les services de l’État seraient mobilisés afin de proposer des solutions en matière éducative, sanitaire et de logement.


Par ailleurs, l’annonce de l’« assouplissement » des conditions d’embauche des Roumains et Bulgares, est considérée par beaucoup comme un « premier pas dans la bonne direction » (voir article précédent).


En tout cas, après « l’ingérence humanitaire » le gouvernement a inventé un nouveau concept « le démantèlement humanitaire »…

JCC


(Source : Roms Europe)

commentaires

Maurice DAUBANNAY 01/09/2012 09:22


Cher JC,


1. Merci des msgs de ton blog. La circulaire interministérielle évoquée dans l'article est parue le 26 août. Elle dépasse de loin les approches par l'expulsion des terrains utilisés
"illicitement" (thème quasi unique développé par les médias et retenus pas les politiques de tous bords). Cependant, la prévalence d'un ministre et de son approche pseudo légale (et les droits de
l'homme/des enfants, y sont pas légaux, eux ???) est évidente. Le record d'expulsions (avec une majorité d'enfants, de personnes âgeés...) est battu cet été (Cf. le site "dépêches tsiganes").


2. Je n'ai pas trouvé la source de l'article sur le site Romeurope ?


Bien cordialement, merci encore pour ton remarquable boulot. Je me permets de le transmettre, à sa demande, à l'amie Dominique VERSINI, dernière titulaire de la fonction de Défenseure des
Enfants, lorsque cette institution était totalement indépendante et dédiée uniquement aux enfants. Il y a deux ans (discours de Grenoble) la DE avait publié un CP dont peu de mots seraient à
modifier... Au fait, que dit le Def des droits sur ces sujets ???


MD, IA-IPR retraité, ancien corres de la DE (Clermont-Ferrand), militant pour les droits des enfants


- les chiffres des expulsions récentes (les 100 jours, c'est maintenant !) :


 http://www.depechestsiganes.fr/?p=4405


- la circulaire du 26 août : 


http://www.depechestsiganes.fr/wp-content/uploads/2012/08/circulaire-2012.pdf


 

Jean-Charles Champagnat 02/09/2012 09:40



Bonjour
Merci pour tes encouragements. Merci également pour ces éclairages utiles au débat.


Romeurope fait état d'environ 40% d'enfants parmi les peronnes expulsées. Quand au défenseur des enfants, je n'ai encore rien vu ou lu de sa part sur ce sujet. Wait and see...


Bonne journée


JC



Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog