Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

amanda.jpgSon nom : Amanda Todd, elle avait quinze ans. Elle s'est suicidée mercredi dernier, chez elle, près de Vancouver (Est du Canada), après des mois de souffrance. Elle était victime de harcèlement sur internet.

Depuis son suicide, l'émotion grandit au Canada. Hier, pour rendre hommage à l'adolescente, des milliers de personnes se sont habillées en rose. Jeudi prochain, des veillées aux chandelles seront organisées à travers le pays.

Son calvaire commence il y a trois ans. A l'époque, Amanda a douze ans et elle surfe sur internet, à la recherche de nouveaux amis. Elle engage la conversation avec un homme qu'elle ne connaît pas. Entre eux, il y a une webcam. L'homme demande à la jeune fille de lui montrer ses seins et Amanda accepte. L'homme la prend en photo.

Quelques mois plus tard, l'inconnu recontacte Amanda sur Facebook. Il sait tout sur elle : son nom, le nom de ses amis, de son collège... Il tente de la faire chanter. Il menace de diffuser les photos qu'il a prises. Puis il passe à l'acte. Il poste ces images sur la toile. La jeune fille s'en rend compte et est désespérée. Au final, elle perd ses amis, car elle a maintenant « mauvaise réputation ».

Au mois de septembre, la jeune fille poste une vidéo sur youtube. Les images sont en noir et blanc. En fond sonore, on entend la chanson « Hear you me », du groupe de rock « Jimmy Eat World ». Sur le film, elle ne parle pas, mais elle fait défiler de petits papiers sur lesquels elle a écrit son histoire. Des mots simples pour crier sa solitude : « chaque jour, je me demande pourquoi je suis encore vivante ». Mercredi dernier elle a répondu dramatiquement à cette question.

La presse canadienne s'empare de l'affaire et les messages de sympathie se multiplient. Amanda Todd est morte, mais les autorités viennent d'annoncer une loi pour mieux protéger les adolescents.


Mais il faut également agir sur le levier de l’éducation, car on note des dérives incessantes de l’utilisation de l’image, en particulier via les téléphones portables et les réseaux sociaux. J’en fais écho régulièrement sur ce blog : la mauvaise utilisation de l’image reste un fléau chez les jeunes.


Avec 99% des ados qui utilisent régulièrement internet, il est essentiel de prévenir les risques liés à une mauvaise utilisation de l’image dû elle-même à une mauvaise utilisation d’internet.


JCC

commentaires

JPB 20/10/2012 15:23


Il ne se passe pas un jour sans que l'actualité nous rappelle que ce fabuleux outil qu'est internet glisse vers des dérives pouvant aller jusqu'au drame. Cet outil fourni sans notice se réléle
dans de nombreux cas très dangereux.Cette notice vient en fin de sortir sous la forme d'un site Français proposant une assistance aux plus grand nombre. Son nom   sos-internet.fr  
 . Par son intermédiaire, chacun pourra se désinscrire de sites (rencontre, jeux.....) et surtout les parents voulant gérer les facebook et autre sites communautaires sur lesquels leurs
enfants surfent en toute innocence, pourront à loisir régler les paramétres de confidentialité et autres subtilités de genre. Un  numéro de teléphone non surtaxé est même disponile pour ceux
qui souhaitent une assistance vocale. Devant le désarroi de grand nombre de personnes, ce site devrait être reconnu d'utilité publique. C'est Français, c'est simple, bien fait. Enfin un peu de
social dans cette jungle ou les prédateurs font légion !


JPB

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog