Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

abus sexuelsC’est à la faveur d’un jugement de la Cour du Québec que le Canada a redécouvert l’article 43 du Code criminel qui autorise toujours les parents à employer la force physique pour corriger leurs enfants à condition « que la force ne dépasse pas la mesure raisonnable dans les circonstances ».

 

En effet, un juge vient de relaxer un couple reconnu coupable de voies de fait sur quatre handicapés mentaux, dont trois mineurs, confiés à sa charge.

 

Durant le procès, les accusés avaient invoqué le «droit de correction parental » pour justifier l’emploi de la force physique pour maîtriser les enfants. Cherchant à justifier sa clémence, le juge a souligné que certains des gestes posés par les accusés «seraient probablement acceptables dans l'exercice du droit de correction des parents».

 

Le Canada, pourtant à la pointe du combat pour la protection des enfants, montre une faiblesse juridique qui est en contradiction totale avec la Convention internationale des droits de l’enfant que le pays a pourtant ratifié en 1991.

 

C’est donc en invoquant cette contradiction que les associations de défense des droits de l’enfant réclament l’abrogation pure et simple de l’article 43 du Code criminel.

 

En effet, elles s’inquiètent parce que la violence faites aux enfants par ceux qui sont pourtant sensés les protéger est chose courante au Canada. Selon elles, ce droit de correction parental que renferme le Code criminel contribue à banaliser cette violence.

 

JCC

 

(source : cyberpresse.ca)

commentaires

Rodolphe DUMOUCH 30/01/2011 06:54



Lutter contre les violences, c'est bien.


Toutefois, je crains que focaliser le projecteur sur cette question ne crée une sorte d'éblouissement qui occulte d'autres dénis de droits très graves. Je ne suis même pas sûr que vous en
ayez conscience, puisque vous expliquez en toute naïveté aux jeunes gens que, par exemple, leur vie privée est protégée :


http://www.stopviolence.fr/page62.php


La réalité du droit français est très différente de ce tableau idyllique :


http://www.droitsdesjeunes.gouv.fr/mig3/site/u_page.php3?IdCat=938&style=jessi


Idem pour la liberté de conscience et même celle de son orientation scolaire :


http://www.droitsdesjeunes.gouv.fr/mig3/site/u_page.php3?IdCat=939&style=jessi05&guide=


Je ne suis pas sûr que la Convention prime sur ces lois pourries. Et il va falloir qu'on m'explique un jour sérieusement pourquoi - sans tourner autour du pot - AUCUNE association de défense des
droits de l'Enfant ne réclame JAMLAIS l'abolition de ce vieux droit français napoléonien, ce qui me semblerait pourtant élémentaire.


Là où c'est grave, c'est que depuis mes 14 ans (j'en ai aujourd'hui 36), j'ai le sentiment d'être seul à voir le problème. Et depuis tout ce temps, je commence à poser de sérieuses et
profondes questions sur les capacités intellectuelles des défenseurs des droits de l'Enfant.



Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog