Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

julie-melissa.jpgLe procureur général de Mons a annoncé hier après-midi qu'il n'introduirait pas de pourvoi en cassation contre la décision de libération de Michelle Martin, l’ex-femme et complice du meurtrier pédophile belge Marc Dutroux. Par contre, elle ne sortira pas de prison tout de suite au grand soulagement des familles des victimes.

 

En effet, comme l'a annoncé le ministre belge de la Justice, même si le tribunal d'application des peines de Mons a donné lundi son feu vert à sa remise en liberté conditionnelle, Michelle Martin va devoir attendre : son plan de réinsertion prévoyant un hébergement dans un couvent français, les autorités belges doivent «prendre contact avec la France» pour «s'assurer que toutes les conditions soient respectées».

 

En clair, la France doit décider si elle consent à effectuer le contrôle des conditions de cette libération via ses agents de probation. Une décision qui ne devrait intervenir que dans «quelques semaines» au plus tôt.

 

L'annonce de la prochaine libération de Michelle Martin, 51 ans, a replongé le pays dans l’horreur de l'affaire Dutroux, qui avait profondément choqué le royaume et le monde dans les années 90. Michelle Martin et Marc Dutroux ont tous les deux été arrêtés en 1996.

 

Cette ancienne institutrice, mère de trois enfants, nés de son union avec Dutroux, a été condamnée en 2004 à 30 ans de prison après avoir été reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement, la séquestration et le meurtre de six adolescentes, âgées de 8 à 19 ans. Elle a laissé mourir de faim les deux plus jeunes d'entre elles, Julie Lejeune et Melissa Russo (photo), âgées de 8 ans, emmurées vivantes dans un cachot aménagé par le couple dans sa maison de Marcinelle, près de Charleroi.

 

Hier, la presse belge, notamment francophone, se faisait unanimement l’écho de l'incompréhension de l'opinion publique vis-à-vis de cette décision de justice, la jugeant «Inadmissible, scandaleuse, insultante, écoeurante, choquante, incompréhensible, honteuse». Une page facebook, appelant au meurtre de Michèle Martin, a même été créée avant d’être retirée par les administrateurs du réseau social.

 

La France, quand à elle, va replonger dans l’affaire d’Outreau. En effet, comme je l’avais évoqué il y a quelques semaines, c’est demain que Chérif Delay, le fils de Myriam Badaoui, l’une des condamnés dans cette affaire, sort son livre. L'occasion sans doute de se rappeler que des enfants ont bel et bien été victimes de violences sexuelles. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que Franck et Sandrine Lavier, acquittés dans cette affaire, sont poursuivis pour « violences habituelles sur mineurs de 15 ans et corruption de mineurs ».

 

JCC

 

(source : Le Soir)

commentaires

Jéronimo 11/05/2011 08:44



Pour ma part, je comprends l'émotion suscitée par cette libération, mais la haine n'y changera rien. Quand à l'information selon laquelle cette femme se retirerai dans un couvent en France c'est
tout bonnement incroyable... France terre d'asile, sauf pour les roms...



Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog