Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Vatican : un pas de plus dans la lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise catholique

Le pape François avait déjà stigmatisé les prêtres qui cèdent à « l’idolâtrie de la concupiscence » aux dépens de mineurs. Le pape François s’en prend maintenant aux évêques qui, selon lui, ont « péché par omission » en ayant couvert pendant des années des abus sexuels.

Dans sa lutte contre la pédophilie dans l’Eglise, il vient de prendre une mesure radicale en inscrivant dans le droit canonique(*) le délit « d’abus de pouvoir épiscopal » pour les prélats qui n’ont pas donné suite aux dénonciations de violences sexuelles commises par des ecclésiastiques.

Dorénavant, une instance judiciaire sera spécialement chargée de traiter ces cas d’omerta. Un secrétaire nommé directement par le pape aura la responsabilité de cette nouvelle section judiciaire. Dans un communiqué, le Vatican a indiqué que le personnel de ce tribunal « pourra aussi être employé pour les procès pénaux dans des cas d’abus de mineurs et d’adultes vulnérables [handicapés] de la part du clergé ».

Le Vatican a par ailleurs indiqué qu’il est fort probable que cette nouvelle mesure sera interprétée de manière rétroactive.

JCC

(Source : communiqué Vatican)

(*) Le doit canonique est l’ensemble des lois et règles qui régissent l’Eglise Catholique

France : les enfants premières victimes de la pollution

Deux études françaises démontrent que la dégradation de l’environnement a des effets mesurables sur la santé des enfants avec, notamment, des manifestations allant de l’altération des capacités intellectuelles à la fréquence de certaines malformations congénitales. La première étude, rendue publique ce mardi et publiée dans la dernière édition de la revue « Environment International », a consisté à chercher les effets de l’exposition à une famille courante d’insecticides sur les facultés cognitives de jeunes enfants.

Le jour de la réalisation des tests d’aptitudes conduits dans le cadre de l’étude, les enfants les plus exposés à ces insecticides présentaient des capacités de mémorisation et de compréhension verbale significativement inférieures aux autres. Alors que l’exposition in utero ne semble pas avoir eu d’effets, l’exposition directe des enfants dégrade leurs facultés cognitives.

La pollution vient très souvent de l’agriculture, mais l’environnement domestique est aussi une source importante d’exposition à ces insecticides, qui entrent dans la composition d’insecticides ménagers, de lotions antipoux, de produits antiparasitaires pour les animaux domestiques, etc.

Une autre étude rendue publique lundi 8 juin et publiée dans la revue « European Urology », une autre équipe de chercheurs et de cliniciens a de son côté démontré l’impact des pollutions environnementales sur le risque « d’hypospadias ». Cette malformation congénitale du pénis est un défaut de positionnement de l’urètre, qui nécessite un acte chirurgical peu après la naissance. Elle toucherait environ 3 garçons sur 1 000, avec de fortes disparités régionales ; sa fréquence tend à augmenter.

JCC

(Sources : Environnement international et Européan Urology)

Dans un rapport, rendu public mardi dernier, le Défenseur des Droits estime que les droits des enfants ne sont pas toujours respectés en France.

Que ce soit dans l'éducation ou l'état-civil, le Défenseur des droits, et son adjointe Défenseure des enfants, portent une appréciation « en demi-teinte » sur l'exercice effectif des droits de l'enfant.

Ce rapport pointe particulièrement les enfants pauvres, handicapés, étrangers qui ont « des difficultés importantes d'accès à leurs droits ».

Le rapport insiste particulièrement sur « le droit à l’éducation » et le fait d’introduire l’enseignement du droit dans les collèges et lycées, « la scolarisation effective de tous les enfants en âge d’être scolarisés, quelle que soit leur origine », ainsi que des mesures pour améliorer la scolarisation ou l’accueil en établissements spécialisés des enfants handicapés.

Parmi leurs autres recommandations, ils demandent au gouvernement de prendre les mesures pouvant « garantir » à l’enfant né à l’étranger d’une gestation pour autrui (GPA) la possibilité de faire établir sa filiation.

Ils souhaitent également que soit « inscrite dans la loi » la suppression et l’interdiction des châtiments corporels « dans tous les contextes », y compris au sein de la famille.

Pour le Défenseur des droits, les droits des enfants les plus vulnérables sont trop souvent bafoués et ceux plongés dans la précarité, victimes de maltraitance, d'abus, les mineurs étrangers isolés restent « invisibles » aux yeux des Français et des institutions, déplore le Défenseur des droits.

En 2014, l'institution a été saisie de plus de 100.000 demandes d'intervention, donnant lieu à 73.463 dossiers.

JCC

(Source : Défenseur des droits)

Hier, j’évoquais le rapport de l’UNICEF qui s’alarmait de la situation des enfants face à la pauvreté. Mais ce rapport évoque également trois autres sujets : la situation des mineurs migrants, le système éducatif français vecteur d’inégalités et l’abandon des réformes de la justice pénale des mineurs.

L’UNICEF, qui vient d’être auditionné par le Comité des droits de l’enfant, estime qu’il existe des zones d’ombre dans l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) en France. L’organisme interpelle le gouvernement sur les progrès à réaliser et émet 36 recommandations concrètes. Pour elle, et en dépit d’efforts considérables, la France échoue en partie à l’égard de l’enfance et de la jeunesse qui sont les plus fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations, mais aussi par cette période si particulière qu’est l’adolescence.

Le rapport dénonce notamment la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles. Ils sont au nombre de 8 000 à 10 000. Privés de leurs droits fondamentaux, victimes de discriminations, ces mineurs isolés étrangers comptent parmi les plus vulnérables.

Autre sujet de forte inquiétude et de déception pour l’UNICEF, c’est la justice pénale des mineurs et l’abandon de réformes d’envergure. Le glissement de la justice des mineurs vers celle des adultes opéré dans les années 2000 est en contradiction avec les principes de la CIDE et l’esprit de l’ordonnance de 1945, souligne le rapport. Les tribunaux correctionnels pour mineurs n’ont ainsi toujours pas été supprimés malgré les promesses gouvernementales. L’UNICEF demande aussi qu’un seuil de responsabilité pénale soit fixé, à l’âge le plus élevé possible, sans exception prévue, et assorti d’un critère complémentaire de discernement.

Le rapport s’en prend enfin au système éducatif français, qui, selon l’UNICEF, creuse les inégalités. En effet, il souligne que les disparités territoriales sont de plus en plus marquées, particulièrement en France ultra-marine. Selon l’UNICEF, la stratégie globale pour l’enfance n’existe toujours pas en France et il n’y a pas de véritable politique publique de l’enfance et de l’adolescence consolidée et articulée, ni de mécanisme de suivi et d’évaluation à la hauteur de la situation.

Le rapport conclu : « nous pourrions faire beaucoup mieux avec les mêmes moyens ».

JCC

(Source : UNICEF)

Voir le rapport

France : 3 millions d’enfant vivent sous le seuil de pauvreté

Dans un rapport publié aujourd’hui, l'Unicef s'alarme de la pauvreté qui touche de plus en plus d'enfants en France. Trois millions, soit un enfant sur cinq, vivent ainsi sous le seuil de pauvreté dans l'Hexagone, tandis que 30.000 sont sans domicile fixe. Par ailleurs, 9.000 enfants habitent des bidonvilles et 140.000 décrochent de l'école chaque année.

Le rapport indique également que 440.000 enfants supplémentaires ont plongé avec leurs familles dans la pauvreté de 2008 à 2012. Selon cette analyse intitulée « Chaque enfant compte. Partout, tout le temps ». la prise en compte de l'impact de la crise est « dramatiquement insuffisante ».

Beaucoup de ces enfants cumulent les inégalités avec des conséquences désastreuses pour leur avenir et celui de la société. Le rapport insiste particulièrement sur la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles, qui seraient au nombre de 8.000 à 10.000. Privés de leurs droits fondamentaux, ces mineurs comptent parmi les plus vulnérables.

Dans la 6ème puissance économique mondiale, ces chiffres sont effarants et sont en constante augmentation. Qu'attend le gouvernement pour enfin réagir ?

JCC

(Source : UNICEF)

Voir le rapport

Népal : le pays suspend pour trois mois les adoptions d’enfants

L’horreur s’ajoute à l’horreur. En effet, depuis le séisme meurtrier du 25 avril, le Népal connait un autre drame. Suite à ce tremblement de terre, les enfants qui se retrouvent sans-abri sont devenus les cibles des trafiquants.

Les autorités locales ainsi que de nombreuses ONG avaient ont découvert que des orphelinats privés qui hébergeaient des enfants momentanément sans-abri produisaient de faux-papiers certifiant que les enfants à adopter étaient orphelins alors que leurs parents étaient, en réalité, toujours en vie.

Afin de tenter d’enrayer ces rapts, le gouvernement népalais a décidé de suspendre les adoptions d’enfants. Le gouvernement a également rendu obligatoire la délivrance par les autorités locales d'une lettre de permission pour les enfants voyageant sans leurs parents.

Car, profitant du chaos qui règne dans le pays depuis plusieurs semaines, les trafiquants revendent les enfants dans d’autre pays, notamment en Inde, où ils sont exploités dans des fermes agricoles ou dans des quartiers dédiés à la prostitution.

JCC

(Source : 20 minutes.fr- photo : UNICEF/NYHQ2015-1193/Panday)

France : non-assistance à enfant en danger ?

Un rapport brosse un tableau accablant de la société française. Intitulé « Grande pauvreté et réussite scolaire », le rapport a été remis en début de semaine à la ministre de l’Éducation nationale.

Résultat d’une enquête menée dans dix académies, il montre comment certains élèves vivent dans la misère, et combien l’école française doit travailler à les insérer plus efficacement, pour leur permettre de mieux réussir. Je rappelle que, selon l’Observatoire des inégalités, la France compterait 1,2 million d’enfants issus de familles pauvres.

Le rapport décrit des situations alarmantes, comme ces enfants qui arrivent à l’école sans avoir pris de petit-déjeuner ou ne mangeant pas à la cantine faute de moyens suffisants. Les soucis financiers se traduisent aussi par une mauvaise prise en charge des problèmes de santé. D’autre sont obligés de marcher plus d’une heure le matin et le soir, leur famille n’ayant pas l’argent nécessaire pour payer le car scolaire.

Bien sûr, les mauvaises conditions de vie de ces enfants se reflètent sur leurs résultats.

Face à ce constat, le rapport fait 66 préconisations, parmi lesquelles la nécessité d’augmenter les fonds sociaux des établissements, qui permettent d’acheter du matériel scolaire ou de payer la cantine aux élèves lorsque c’est nécessaire. Le rapport souligne qu’entre 2001 et 2013, leur niveau a baissé de 73 à 32,1 millions d’euros. Il appelle aussi à la simplification des dossiers de demande de bourse, observant que de nombreuses familles n’en faisaient pas la demande faute de pouvoir les remplir correctement. Le rapport réclame également le recrutement de personnels sociaux et de santé pour faire face aux besoins et l’augmentation significative de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans.

Sur un autre pan, le rapport préconise de travailler à la mixité sociale et scolaire dans les établissements, d’encourager la recherche pédagogique et de permettre à tous les parents de participer à la vie des établissements.

Ce rapport ouvre un espoir pour l’école car il démontre que des propositions existent pour faire réussir tous les élèves. Le gouvernement trouvera-t-il la volonté politique et les moyens de les appliquer ? C’est une autre question…

JCC

(Source : rapport JPD)

Madagascar : des dizaines de milliers d’enfants épuisés par la faim

Une sécheresse exceptionnelle s’est abattue dans le sud de Madagascar, qui a détruit les récoltes. De ce fait, la nourriture s’est raréfiée, ce qui a ainsi causé le décès de plusieurs Malgaches dont des de

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a lancé un appel à l’aide internationale même s’il n’est pas encore question de famine. Cependant, comme la sécheresse est un phénomène récurrent à Madagascar, un habitant du sud du pays suggérait la mise en place d’un système de drainage de l’eau ainsi qu’un désenclavement de la région. Les bailleurs, qui souhaitaient mettre en place ce système, se sont heurtés au manque de volonté des dirigeants successifs à Madagascar.

Pour la PAM, il s’agit « de difficulté alimentaire aiguë » qui épuisent les habitants de cette région en manque de nourriture. Cette sécheresse qui s’est abattue dans le sud du pays, d’octobre à février, a détruit toutes les cultures. Face à cela, les paysans ainsi que leurs familles ont dû vivre avec leurs réserves de semences et de nourritures. Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, entre 200 000 à 350 000 personnes souffrent de la faim. Parmi elles, des dizaines de milliers d’enfants.

Vous en avez entendu parler dans les médias ? Non, ce drame se déroule dans un silence assourdissant.

JCC

(Source : PAM)

Canada : la réalité 3D pour soigner les pédophiles

Dans un hôpital psychiatrique universitaire de Montréal des pédophiles sont plongés dans un environnement virtuel où ils peuvent interagir avec des avatars représentant des victimes potentielles. Cette initiative, pour le moins originale et sans danger pour les enfants, est réalisée dans le cadre d’un projet de recherche visant à combattre les pulsions sexuelles des pédophiles. Les psychiatres observeront ainsi leur comportement dans un parc en présence d’enfants virtuels.

Il s’agit en fait d’étudier leur capacité à détecter les occasions de commettre des actes criminels. L’étude devrait permettre de vérifier si la réaction des pédophiles est différente envers un enfant entouré d’un parent et envers un enfant seul dans un coin plus isolé.

Ces avatars virtuels utilisés avec d’autres outils qui permettent de mesurer les réactions biologiques des patients, comme des capteurs de mouvements oculaires par exemple, devraient permettre d’évaluer avec plus de fiabilité les risques de récidive et de mettre en œuvre le traitement approprié.

En 2013, un projet de recherche similaire en Angleterre, utilisant seulement des images en deux dimensions sur un écran de télévision, avait donné de « très bons résultats », selon les psychiatres canadiens.

JCC

(Source : le Journal de Montréal)

Inde : le pays assouplit sa réglementation concernant le travail des enfants

Le 13 mai dernier, le gouvernement indien a fait modifier, par un amendement, la loi sur le travail des enfants qui avait été votée en 2012.

En effet, la liste des secteurs dits « à risque » (comme les exploitations minières), dans lesquels il est actuellement interdit d’embaucher des mineurs de moins de 18 ans, a été réduite pour permettre d’employer davantage d'enfants.

Par ailleurs, le nouvel amendement laisse la possibilité d’employer des enfants de moins de 14 ans dans l’industrie du divertissement et dans des « entreprises familiales ». Le problème est que la définition de ces entreprises familiales est très floue ouvrant ainsi la porte à une nouvelle exploitation des enfants.

Il s’agit là d’un recul gigantesque. Pourtant, l'Inde est membre de l'Organisation internationale du travail et a ratifié la convention internationale des droits des enfants en décembre 92.

Dans ce pays, près de 10 millions d’enfants de moins de 14 ans travaillent de manière « importante ou marginale ».

JCC

(Source : Courrier international)

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog