Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Philippines : pour répondre aux souffrances des enfants des rues : pleurer

En voyage au Philippines, le souverain Pontife a rencontré hier les jeunes à Manille avant une messe finale dans l'après-midi. A cette occasion des enfants ont délivré des témoignages bouleversants.

Jun Chura, 14 ans a raconté le destin de ces enfants abandonnés par leurs parents, et qui tentent de survivre dans la rue, volent, tuent parfois, ou sont victimes de pédophiles.

Une adolescente de 12 ans, Glyzelle Aries Palomar a éclaté en larmes quand elle a demandé au pape pourquoi il y avait « si peu de gens qui aident ces enfants qui vivent des choses terribles comme la drogue et la prostitution ? » et « Pourquoi Dieu permet-il ces choses, quand les enfants n'ont commis aucune faute ? ».

Le Pape a bien été en peine pour répondre : « pourquoi des enfants souffrent tant ! Il n'y pas de réponse immédiate (…) C'est seulement quand nous pouvons pleurer que nous sommes près d'une réponse. N'ayez pas peur des larmes. Jun a parlé avec des mots nés de nos larmes ».

« Si vous n’apprenez pas à pleurer, vous ne pouvez pas être de bons chrétiens, c’est un défi, n’ayez pas peur de pleurer ! ». « Apprenez à pleurer », a-t-il encore insisté.

Dans ce pays, plus de 10 millions d’enfants sont considérés comme particulièrement vulnérables : malnutris, non éduqués, au travail, dans la rue, soumis à des violences ou des risques d’abus (les Philippines restent une destination phare pour le tourisme sexuel).

Dans les zones urbaines, et surtout dans la capitale Manille, un grand nombre de familles vit dans des bidonvilles et des habitats précaires. Le problème des enfants en situation de rue y est très important. Selon l’UNICEF, 550 000 enfants vivent dans les rues de Manille, dont 50 000 à 80 000 dans le métro de la capitale. Plusieurs milliers d’autres sont recensés dans les principales villes du pays.

Le Pape aurait pu appeler la communauté internationale à tout faire lutter contre l’archaïsme des structures sociétales, l’industrialisation sauvage et désordonnée, la désintégration des liens sociaux, la corruption généralisée et la pauvreté. Il aurait dû appeler le gouvernement Philippin à tout mettre en œuvre pour scolariser ces enfants, pour soutenir leur famille et leur donner les moyens de vivre. Le Pape aurait dû appeler à soutenir les associations qui luttent au quotidien pour sortir ces enfants de la nuit dans laquelle ils sont plongés dès qu’ils voient le jour.

Non le Pape préfère pleurer et inciter à pleurer.

JCC

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog