Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Monde : les nazis n’ont pas épargné les enfants

C'était le 26 janvier 1945, le camp d'extermination d'Auschwitz (Pologne) était libéré par l'armée russe. Hier, de nombreuses commémorations se sont déroulées en Europe pour « ne jamais oublier » la mort des six millions de juifs et les millions d’autres personnes assassinées par le régime nazi et pour faire en sorte que ce génocide « ne se reproduise plus jamais ». Des survivants de l’holocauste, ont témoigné à cette occasion. Pour la plupart d’entre eux, ils étaient enfants ou adolescents en 1945.

Car les enfants furent particulièrement touchés par la machine hitlérienne d’extermination. Les Nazis et leurs collaborateurs ont tués au moins 1,5 millions d'enfants, dont plus d'un million d'enfants juifs. Mais aussi des dizaines de milliers d'enfants tsiganes, des enfants allemands handicapés physiques et mentaux, des enfants polonais ainsi que des enfants d'Union soviétique occupée. Dans les camps, nombreux étaient les enfants qui subissaient les expérimentations des « médecins » nazis.

Par ailleurs, dans les ghettos, comme celui tristement célèbre de Varsovie (Pologne), nombreux furent les enfants qui moururent en raison du manque de nourriture, de vêtements ou de soins. D'autres, furent tués en représailles et des enfants des villages d'Union soviétique occupée furent tués avec leurs parents.

Dans leur folie aryenne, les nazis ont enlevés des centaines d'enfants de Pologne et d’Union soviétique pour être adoptés par des familles allemandes « conformes ». Il suffisait qu’ils aient des cheveux blonds, des yeux bleus ou une peau claire pour être « germanisés ».

En France, les enfants juifs et tziganes ont vécu parfois plusieurs mois dans les camps d’internement où les conditions de vie étaient déplorables et la mortalité importante.

En effet, 93 camps principaux sont alors en activité, mis en œuvre par Vichy, au service de l’antisémitisme d’État. Dans ces « camps de la honte », les conditions de vie sont dégradantes. La dignité des internés est bafouée. Des milliers de personnes souffrent du grand froid en hiver, de la chaleur insoutenable en été, du manque dramatique d’hygiène, de la promiscuité et de l’isolement. Dans ce contexte, les plus jeunes et les plus âgés sont les premiers à mourir.

D’autres épisodes en France ont marqué durablement les esprits car ils touchaient les enfants comme par exemple la Colonie d’enfants réfugiés d’Izieu (Ain), qui tentait de soustraire les enfants à la barbarie nazie, où la totalité des enfants a été déportée et gazée ou bien encore le massacre d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) où de nombreux enfants furent tués.

Quant aux survivants, les conséquences psychologiques furent immenses. Les conditions morales et physiques de la persécution hitlérienne ont provoqué un profond traumatisme qui a marqué durablement leur vie d’adulte.

JCC

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog