Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

France : Jacques Toubon futur défenseur des droits ?

Jacques Toubon est sans doute un homme honorable et je n’ai rien contre lui. Mais le moins que l’on puisse dire c’est que l’annonce de son éventuelle nomination au poste de Défenseur des droits fait polémique.

Jacques Toubon, qui fêtera ses 73 ans le 29 juin, est donc proposé par François Hollande au poste qu’occupait Dominique Baudis depuis 2011 jusqu’à son décès le 10 avril dernier, à 66 ans (voir article précédent).

Et cette polémique porte moins sur la personne de Jacques Toubon que sur ses choix politiques aux côtés de Jacques Chirac et sur les affaires qui ont émaillées son parcours. Pour ma part, je m’en tiendrais à ses choix politiques.

Est-il le mieux placé pour lutter contre les discriminations et veiller à la déontologie de la sécurité ? C’est loin d’être acquis ! Car, dans son parcours il existe quelques accrocs : lors de ses débuts comme parlementaire, en 1981, Jacques Toubon a fini par voter contre la loi de Robert Badinter abolissant la peine de mort, même s'il avait auparavant voté pour le principe de l'abolition. Jacques Toubon s'était alors déclaré opposé à la peine de mort à titre personnel, mais hostile à une loi qui la supprimait, Il réclamait alors « des modalités d'exécution nouvelles des peines de réclusion criminelles les plus graves ». Cette même année, Jacques Toubon s'illustre encore en votant contre la loi de Gisèle Halimi dépénalisant l'homosexualité.

En 1989, c'est encore lui qui ferraille durement contre la loi sur l'immigration présentée par Pierre Joxe. En tant que ministre de la justice, Jacques Toubon a également refusé, en 1995, l’examen de la proposition de loi socialiste créant le Contrat d’union civile (ancêtre du Pacs). Il avait aussi cherché à amnistier les commandos anti-IVG, avant de changer d'avis.

Comme Il s’agit d’une fonction cruciale pour les droits des citoyens et des enfants, le défenseur doit être pourvu de la légitimité la plus totale. Or, dans son histoire politique, Jacques Toubon n’a jamais participé ni de près, ni de loin à l’élaboration d’une loi d’émancipation et n’y a, par ailleurs, jamais associé son nom.

Enfin, qu'il soit de droite, de gauche, du centre ou d’ailleurs n’est pas la question. Le défenseur des droits doit être au-dessus de la mêlée, je suis pour ma part convaincu qu’Il y a, sans doute dans ce pays, des personnalités plus aptes à incarner la neutralité nécessaire à cette fonction.

JCC

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog