Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Rwanda : un génocide qui a tué et traumatisé des milliers d’enfants

Le 7 avril 2014, ce seront les commémorations du vingtième anniversaire du génocide au Rwanda. 20 ans après, la vie des enfants de ce pays demeure marquée par les effets dévastateurs de ce conflit cruel.

Lorsque le génocide a pris fin en 1994, il avait fait 800 000 victimes – dont 300 000 enfants – et, en outre, il avait rendu 95 000 enfants orphelins. Pratiquement tous les enfants rwandais ont été les témoins d’horreurs innommables. Des milliers d’enfants ont été victimes de sévices et de viols, et des milliers d’enfants – dont certains avaient seulement sept ans – ont été engagés de force dans des opérations militaires et obligés de commettre des actes de violence.

Ces enfants, devenus adultes aujourd’hui, ont été privés de leurs parents pour diverses raisons – un bon nombre de parents ont été tués au cours du génocide, certains sont morts du SIDA et d’autres se trouvent emprisonnés pour des crimes liés au génocide. Des milliers d’enfants – certains d’entre eux n’ayant pas sept ans – avaient été engagés de force dans des opérations militaires au cours du conflit et obligés de commettre des atrocités.

Non seulement les épreuves qu’ont subies ces enfants ont provoqué chez eux des traumatismes indélébiles, mais aussi un bon nombre de ces enfants ont été emprisonnés après le génocide.

Pour rappel, le 7 avril 1994, quelques heures après l'assassinat la veille au soir du président Juvénal Habyarimana, dont l'avion est abattu au-dessus de Kigali, les extrémistes du régime hutu - dirigeants, soldats et miliciens du parti au pouvoir - commençaient à massacrer tutsi et hutu leur étant réputés proches.

Officiellement réconciliée avec le Rwanda qui l'a longtemps accusé de complicité dans le génocide pour ses liens avec le régime hutu de 1994, la France, dont les relations avec Kigali, restent fluctuantes, reste toujours très silencieuse sur sa véritable implication dans ce terrible drame.

Les associations « Survie », la « Fédération internationale des droits de l'Homme » (FIDH) et la « Ligue des droits de l'Homme » (LDH) ont adressé en février dernier au juge du pôle « crimes contre l'Humanité » de Paris une demande de mise en examen pour complicité de génocide de l'ex-officier français de gendarmerie Paul Barril.

Les trois associations ont estimé qu'il existait aujourd'hui des indices graves ou concordants de la participation de cet officier à ces faits. Paul Barill est également connu pour avoir participer à la création de la cellule antiterroriste de l'Élysée sous le premier septennat de François Mitterrand.

JCC

(Source : UNICEF)

commentaires

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog