Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités des droits de l'enfant

Monde : 30 millions de personnes considérées comme esclaves

Travail forcé, enfants vendus, jeunes femmes mariées de force, servitude pour dette, enfants soldats... L’esclavage existe encore. Dans sa version dite « moderne », il concerne près 30 millions de personnes dans le monde, selon une enquête de « Walk Free », ONG australienne.

Cet esclavage aux formes multiples est mal connu, pas toujours facile à identifier et encore moins à mesurer. Il demeure loin des regards, derrière les murs des maisons, des communautés, des usines. C’est un crime caché. Mais toutes ses victimes ont en commun d’être « utilisées et dominées par quelqu’un d’autre pour en tirer profit, exploitation sexuelle ou simple jouissance de domination ».

C’est la première fois que cette organisation publie un classement des pays en fonction de la « prévalence de l’esclavage ». L'indice a été établi en combinant trois facteurs : la prévalence estimée de l’esclavage dans chaque pays rapporté à sa population, le mariage des enfants, et les données relatives au trafic d’êtres humains.

En nombre absolu, les dix pays qui comptent le plus d'esclaves sont l’Inde (14 millions d’esclaves) suivie de la Chine (2,9 millions), du Pakistan (plus de deux millions), du Nigeria, de l’Ethiopie, de la Russie, de la Thaïlande, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Birmanie et du Bangladesh. C’est la Mauritanie qui arrive en tête du classement.

La France est quant à elle classée 139ème sur 160. Selon l’estimation de « Walk Free », 8 500 personnes vivent dans les conditions de l’esclavage. A deux reprises, Paris a été condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour n’avoir pas mis en conformité son droit avec la notion d'« état de servitude », alors que des dossiers d’esclavage moderne passent régulièrement devant la justice française. Il s'agit souvent de jeunes femmes d'origine étrangère employées comme « domestiques » dans des familles riches qui les exploitent et les maltraitent.

En mai dernier, les députés ont finalement adopté un amendement PS créant un crime d’esclavage et de servitude puni de quinze ans de réclusion.

JCC

(Source : Walk Free – Photo : OIT/J. Maillard)

Voir le rapport (en anglais)

commentaires

Sylvie O'Dy 20/10/2013 19:49

Ces drames ne concernent par seulement de jeunes filles exploitées par des familles riches. Ces dernières ne représentent que 20% des "patrons" des victimes prises en charge par le Comité contre l'esclavage moderne. Ils touchent toute la société française des HLM de banlieue aux hôtels particuliers des beaux quartiers. voir notre site et notre groupe FB

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l'enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

Hébergé par Overblog